Teaching Europe – developing a toolkit for schools (own-initiative opinion)

This page is also available in

Mnenje EESO: Teaching Europe – developing a toolkit for schools (own-initiative opinion)

Points clés

Le CESE

  • estime que la déclaration de Paris de 2015 et la recommandation du Conseil de 2018 constituent un nouveau point de départ pour promouvoir une dimension européenne de l’enseignement et soutenir les acteurs de l’éducation; estime qu’il existe un déficit d’information au sein du secteur éducatif autour de la vision du rôle de l’UE et de son influence sur la vie quotidienne des citoyens européens; préconise dès lors d’accorder une attention toute particulière à l’enseignement de l’UE destiné aux jeunes afin de développer une véritable citoyenneté européenne;
  • en élaborant ce nouvel avis, qui s’inscrit dans la continuité de l’avis consacré à «L’éducation à l’Union européenne» (SOC/612), s’efforce de centrer le débat autant que possible sur l’éducation à l’Union européenne d’une manière générale et l’enseignement de l’Europe à l’école en particulier;
  • reconnaît que de nombreuses mesures ont été prises au niveau de l’Union et dans les États membres et que des ressources d’excellente qualité sont disponibles aux deux niveaux, mais estime qu’il faut clarifier et améliorer les informations relatives aux outils disponibles; recommande par conséquent d’insister sur l’adaptation et l’amélioration des outils existants;
  • demande que différentes mesures soient prises afin d’améliorer l’accessibilité des ressources dans le domaine de l’éducation à l’UE, notamment une recherche critique au sujet de la situation dans les États membres en ce qui concerne l’éducation à l’UE dans les écoles et la formation des enseignants; un inventaire des supports d’enseignement et d’apprentissage produits dans le cadre de projets menés dans ce domaine et financés par l’Union; une petite boîte à outils de base à l’intention des enseignants des toutes les écoles; un groupe d’experts de haut niveau sur le thème «Enseigner l’Europe»;
  • souligne que les enseignants jouent un rôle clé dans ce processus et qu’il convient de les soutenir en mettant l’accent sur la formation des enseignants à l’échelon de l’UE et de ses États membres; croit par ailleurs que chaque jeune devrait disposer, à sa sortie du système scolaire, d’une connaissance élémentaire de l’UE;
  • estime que le renouvellement de la Commission et du Parlement européen, et notamment l’arrivée du nouveau commissaire chargé de la culture, de l’éducation, de la jeunesse et des sports, constitue une occasion idéale pour attirer l’attention sur l’enseignement de l’Europe dans les écoles;
  • constate que la responsabilité de l’éducation incombe en premier lieu aux États membres, mais souligne le rôle essentiel de l’UE qui pourrait proposer des mesures destinées à améliorer les connaissances générales à son sujet;
  • soutient les initiatives de la Commission et du Parlement européen, telles que l’initiative «Apprendre l’UE à l’école» mise en œuvre par la Commission à la demande du Parlement européen en 2011-2013, ainsi que la résolution du Parlement de 2016 intitulée «Apprendre l’UE à l’école»; espère que sa propre initiative présentée ici imprimera un élan puissant dans ce sens;
  • souligne le rôle crucial des enseignants et l’importance de disposer d’un programme spécifique à leur intention, qui tienne compte des besoins particuliers dans les États membres, et précise qu’il importe que les informations soient accessibles aussi au grand public.