L’appel de la catégorie «La voix des travailleurs»: c’est maintenant qu’il faut agir pour renforcer les droits de participation des travailleurs

Par le groupe des travailleurs du CESE

«C’est le moment ou jamais de réclamer un renforcement des droits de participation des travailleurs», a déclaré Oliver Röpke, président du groupe des travailleurs, alors qu’il évoquait, d’une part, l’appel des citoyens à rendre la conférence sur l’avenir de l’Europe plus démocratique et, d’autre part, l’engagement des dirigeants politiques, lors du sommet social de Porto, à mettre en œuvre le plan d’action relatif au socle européen des droits sociaux.

C’est par ces paroles introductives que M. Röpke a ouvert, le 19 mai 2021, la toute première réunion d’une nouvelle catégorie du CESE, à laquelle ont participé des membres du groupe des travailleurs, intitulée «La voix des travailleurs pour une participation plus démocratique».

Il convient d’établir un cadre solide au niveau de l’Union européenne afin d’imposer l’information, la consultation et la participation des travailleurs dans les processus décisionnels des entreprises; il s’agit là d’une condition essentielle pour assurer une transition écologique et numérique équitable. Cette nécessité a été mise en lumière par les graves menaces qui pèsent sur les droits de participation des travailleurs, à savoir, notamment, les restructurations d’entreprises, la délocalisation d’emplois vers l’Asie ou l’introduction de nouvelles technologies ou de processus liés à l’intelligence artificielle; autant de facteurs qui pourraient entraîner un changement radical des profils professionnels au sein d’une entreprise ou encore de nombreux licenciements, sans que les travailleurs, qui sont les plus affectés par ces changements, n’aient la possibilité de participer à la prise des décisions.

Comme l’ont souligné plusieurs membres, faisant allusion aux récentes atteintes aux négociations collectives, d’autres menaces émanent d’une volonté des gouvernements de restreindre les droits des travailleurs et d’affaiblir le rôle des partenaires sociaux dans la prise de décisions économiques et politiques. La création de cette catégorie du CESE coïncide avec une initiative du Parlement européen visant à renforcer la démocratie au travail. Gabriele Bischoff, ancienne présidente du groupe des travailleurs et rapporteure du Parlement européen pour le rapport intitulé «La démocratie à l’œuvre: un cadre européen pour les droits de participation des travailleurs et la révision de la directive sur le comité d’entreprise européen», a présenté son texte, actuellement en cours de préparation, et a souligné que la résilience et la démocratie au travail constituaient des éléments incontournables d’une entreprise durable.

La catégorie «La voix des travailleurs pour une participation plus démocratique» fera office de forum où ces questions pourront être examinées avec les institutions européennes, les partenaires sociaux et d’autres parties prenantes, l’objectif étant d’inscrire le thème du renforcement de la démocratie au travail parmi les priorités politiques de l’Union et d’encourager son intégration dans les travaux du CESE.