Plan de relance pour l’Europe et CFP 2021-2027

This page is also available in

Avis du CESE: Plan de relance pour l’Europe et CFP 2021-2027

Points clés:

Le CESE:

  • soutient fermement la proposition de la Commission visant à établir l’instrument «Next Generation EU» en tant qu’outil spécifique en faveur d’une relance rapide et efficace;
  • perçoit de manière extrêmement favorable les deux principales décisions de la Commission: la première introduit un instrument financier extraordinaire en faveur de la relance dans le cadre financier pluriannuel (CFP). La seconde consiste à contracter une dette commune, qui sera remboursée à longue échéance, et à éviter que la charge financière extraordinaire ne pèse directement à court terme sur les États membres;
  • se félicite de ces deux décisions clés, car les économies des États membres ne peuvent plus résister seules aux effets négatifs de la crise en raison de leur forte interdépendance, fruit des nombreuses années de consolidation du marché unique;
  • estime que le programme «Next Generation EU» montre comment mobiliser et utiliser à l’avenir les ressources financières communes de l’UE;
  • juge que le montant total de 750 milliards d’EUR est gigantesque, mais n’excède certainement pas les moyens économiques dont dispose l’Union;
  • apprécie l’approche innovante et originale qu’adopte la Commission européenne pour relever l’assiette fiscale de l’UE et considère que cette réponse montre comment mobiliser et utiliser d’une façon moderne à l’avenir les ressources financières communes de l’UE;
  • se félicite vivement du fait que l’instrument nouvellement proposé devrait être étroitement coordonné avec le processus du Semestre européen;
  • accueille favorablement la proposition de la Commission relative à un budget de l’UE qui vise à introduire de nouvelles ressources propres véritables fondées sur différentes taxes (recettes du système d’échange de quotas d’émission de l’UE, fiscalité numérique, revenus des grandes entreprises);
  • demande instamment que les mesures proposées par la Commission soient rendues opérationnelles le plus rapidement possible, le facteur temps étant essentiel. Il invite par conséquent le Conseil à dégager sans délai un consensus;
  • enfin, tient à souligner que la crise a une nouvelle fois accentué la nécessité d’accélérer les réformes entreprises pour la zone euro et de surmonter les obstacles qui empêchent encore une véritable intégration économique, sociale, budgétaire et politique.