L’eau est un droit humain, elle est fondatrice de tous les aspects de la vie. En Europe, nous considérons l’accès à l’eau comme un acquis depuis longtemps.

Mais le monde est confronté à une crise de l’eau et notre continent n'est pas une exception. Des rapports récents montrent que l’Union européenne n’est pas en bonne voie pour atteindre les objectifs de développement durable liés à l’eau. Près de 30 % de la population de l’UE est touchée par l’une ou l’autre forme de stress hydrique. L’été dernier, l’Europe a connu ses plus graves sécheresses depuis 500 ans. L’absence d’accès à une eau et à un assainissement de qualité et d’un prix abordable, ce que l’on appelle la précarité hydrique, constitue le lot quotidien de millions de citoyens de l’Union.  

Le Comité est fermement convaincu que l’approche actuelle de l’UE à l’égard des politiques de l’eau est fragmentée et ne répond pas suffisamment aux défis auxquels nous sommes confrontés. Il est grand temps de changer d’échelle, comme cela a été le cas pour les politiques climatiques il y a quelques années. C’est pourquoi le CESE a choisi l’eau comme thème transversal cette année et fera un appel en faveur d’un pacte bleu pour l’UE, une stratégie globale pour s’attaquer à tous les défis liés à l’eau. L’eau est vitale et, à ce titre, elle ne peut plus être traitée comme l’un des piliers du pacte vert pour l’Europe, elle mérite de faire l’objet d’une politique à part entière.

Au sein de ses sections, le CESE travaille sur une série d’avis d’initiative qui couvrent les aspects économiques, sociaux, environnementaux et géopolitiques des défis liés à l’eau. Nous examinons les incidences de ces défis sur l’agriculture, les industries, les infrastructures et la consommation durable. Nous soulignons la nécessité d’une prospective sur l’eau au sein de l’UE et le besoin de données fiables, et nous appelons à un financement adéquat.  

Nous estimons qu’il est nécessaire de mieux intégrer l’eau dans toutes les politiques de l’UE, y compris sa politique industrielle. L’UE a également la possibilité de se positionner en tant que pionnière dans ce domaine. Pour soutenir la transformation de notre société, l’Europe doit devenir le numéro un mondial en matière de technologies économes en eau. Celles-ci forment une part importante de la solution pour toute la société, en effet elles rendent l’agriculture et la consommation publique et privée plus économes en eau et plus durables, et elles contribuent à notre compétitivité et aux emplois futurs.

Notre objectif est que la Commission érige l’eau au rang de ses priorités politiques pour son prochain mandat. Le 26 octobre, le CESE adoptera son «Appel en faveur d’un pacte bleu pour l’Europe» et fera des propositions concrètes et pertinentes pour une nouvelle stratégie européenne de l’eau.

Mais nous ne pouvons y parvenir seuls. Le CESE collabore étroitement avec les principales parties prenantes et institutions en vue d’une politique de l’eau ambitieuse pour l’Europe. Nous suivrons l’adoption de nos propositions et veillerons à ce que des mesures de suivi soient prises dans les mois et les années à venir sur ce sujet, qui a une incidence directe sur la vie de chaque citoyen. Je vous invite à nous rejoindre et à nous soutenir dans notre appel en faveur d’un pacte bleu pour l’Europe.

Pietro De Lotto, président de la commission consultative des mutations industrielles (CCMI)