Saisissons-nous de cette occasion, attendue depuis si longtemps!

Déclaration de Christa Schweng, la présidente du CESE, à l’occasion du lancement de la conférence sur l’avenir de l’Europe

En ce jour où est donné le coup d’envoi de la conférence sur l’avenir de l’Europe, j’invite les citoyens à prendre part à cette entreprise historique, et je voudrais également lancer un appel aux décideurs politiques, pour qu’ils nous donnent l’assurance de tirer tout le profit possible des messages que la population nous envoie.

Cette conférence constitue un exercice tout à fait singulier de démocratie participative. Pour qu’elle soit couronnée de succès, nous devons nous employer à susciter une mobilisation qui vienne de la base. Il nous faudra atteindre l’homme et la femme de la rue, aux quatre coins de l’Union européenne, et écouter le message qu’ils veulent nous communiquer. Nous devons dialoguer aussi bien avec des personnes déjà convaincues qu’avec celles qui sont réticentes à l’égard de l’Union.

Nous mettre ainsi à l’écoute de la population ne représente toutefois qu’une première étape. Les idées exprimées lors des manifestations de la conférence devraient aboutir à des recommandations d’action concrètes de la part de l’Union européenne. Concernant les contours à donner au débat, j’opterais de même pour une approche terre à terre. Plutôt que de nous lancer dans des controverses philosophiques éthérées qui n’ont aucune chance de déboucher sur un quelconque consensus, il me paraît préférable de parvenir à des conclusions certes moins ambitieuses, mais acceptables pour tout un chacun.

En outre, il est nécessaire que les progrès accomplis soient mesurables. Je suis favorable à l’élaboration d’un «tableau de bord», sur lequel les citoyens pourront effectuer un suivi des mesures nées de la conférence. Ils doivent pouvoir se faire une idée précise de la situation et il est indispensable de leur fournir un calendrier concernant les thèmes sur lesquels ils auront œuvré. Il y a lieu que les institutions expliquent clairement pourquoi elles donnent suite à telle ou telle proposition ou se refusent à le faire.

L’avenir de l’Europe exige également que nous écrivions un nouveau récit positif. Nous avons à prouver que l’Europe est un endroit privilégie où habiter et s’épanouir, offrant à chacun la possibilité de vivre la vie qu’il souhaite, sur la base de valeurs décidées de concert. Les citoyens des États-Unis sont fiers de leur rêve américain: j’ai la conviction qu’il est temps que les Européens commencent enfin à apprécier leur propre mode de vie et profiter des avantages qu’il apporte.

Le CESE continuera à contribuer activement à la conférence, par les manifestations qu’il organise et en mobilisant, dans toute l’Europe, les organisations de la société civile. Nous avons l’espoir que notre voix résonnera haut et clair. Si nous voulons vraiment ramener le projet européen au plus près du citoyen, c’est la société civile qui doit être aux commandes!