Des réponses de haut niveau à la lettre du groupe des employeurs sur le budget de relance de l’UE

Par le groupe des employeurs du CESE

Le groupe des employeurs du CESE, qui a plaidé pour un accord rapide sur un budget de relance ambitieux, a reçu des réponses du plus haut niveau politique. En juin 2020, il avait envoyé une lettre à ce sujet aux membres du Conseil européen ainsi qu’à son président, Charles Michel, à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et au président du Parlement européen, David Sassoli.

L’un des principaux messages du groupe des employeurs était que des entreprises résilientes qui réussissent sont la clé de la relance de l’économie de l’UE dans son ensemble. Il est par conséquent crucial, à l’heure où nous préparons l’après-crise, de mettre fortement l’accent sur la conjoncture économique. Frédéric Bernard, chef de cabinet de M. Michel, a souligné dans sa réponse du 3 juillet que le futur cadre financier pluriannuel (CFP) constituera un instrument essentiel pour soutenir une relance durable et favoriser un «marché unique modernisé et pleinement opérationnel».

Dans le même ordre d’idées, M. Sassoli a indiqué, dans sa réponse du 17 juillet au groupe des employeurs, que «nous avons besoin de mesures économiques extraordinaires, inédites, et d’une unité européenne qui soit réelle et inconditionnelle». Il s’est réjoui de la communauté de vues avec le groupe des employeurs quant à la nécessité d’une réponse unie de la part de l’UE. Un CFP ambitieux est indispensable pour aider les citoyens et les entreprises européennes à se remettre de la crise.

Mme von der Leyen a quant à elle remercié vivement le groupe pour sa lettre et son exposé de position intitulé Les entreprises sont essentielles pour sortir l’Union européenne de la crise du coronavirus. Les deux documents ont été transmis à Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission européenne chargé des relations institutionnelles et de la prospective. Au nom du président Macron, son directeur de cabinet, Patrick Strzoda, a confirmé l’importance de relancer rapidement l’économie. La lettre a également été transmise à Bruno Le Maire, ministre français de l’économie, des finances et de la relance, ainsi qu’à Clément Beaune, secrétaire d’État chargé des affaires européennes.