Le Comité économique et social européen a adopté un avis d’initiative qui a cherché à savoir «Comment les industries à forte intensité de ressources et d’énergie peuvent-elles tirer parti du plan de relance de l’UE dans le cadre de leur transition socialement acceptable vers la décarbonation et la numérisation?» Le CESE encourage la Commission et les autres institutions européennes à garantir des conditions de concurrence équitables au sein du marché unique, dans le but d’éviter une répartition des avantages dans l’industrie qui pourrait être déséquilibrée en fonction de l’approche adoptée par chaque État membre.

La production industrielle en Europe a été frappée de plein fouet par la pandémie, et si les entreprises européennes des secteurs à forte consommation de ressources et d’énergie étaient déjà dans une situation fragile, elles sont aujourd’hui confrontées à cette nouvelle crise inattendue. Dans le même temps, les entreprises européennes des secteurs à forte intensité de ressources et d’énergie font également face à la nécessité pressante de s’adapter aux objectifs politiques de l’Union en matière de lutte contre le changement climatique au travers de la mise en œuvre du pacte vert pour l’Europe.

«La transition industrielle ne pourra pas être pas réalisée si la transition énergétique n’est pas mise en œuvre. La recherche et l’innovation ainsi que la mise en œuvre adéquate des plans de relance de l’Union sont cruciales dans la perspective d’une transition juste, et dans le droit fil de l’objectif de neutralité carbone. À cet effet, il sera essentiel de disposer de sources d’énergie à faible intensité de carbone, en quantité suffisante et abordables, qui rendent possible une production industrielle sobre en carbone» a déclaré Andrés Barceló Delgado, le rapporteur.

«Il faut permettre une transition équitable des industries à forte intensité de ressources et d’énergie. La facilité pour la reprise de l’Union et les plans nationaux pour la reprise et la résilience qui s’y rattachent doivent aboutir à la création et à la préservation d’emplois de qualité, associer les partenaires sociaux et soutenir les transitions professionnelles par la reconversion et le perfectionnement professionnels», a déclaré le corapporteur Enrico Gibellieri. (ks)