Stratégie de l’UE sur les engrais

EESC opinion: Stratégie de l’UE sur les engrais

Points clés

Le CESE :

  • accueille favorablement la communication de la Commission visant à garantir la disponibilité et l'accessibilité financière des engrais, étant donné que la crise mondiale des engrais, qui a commencé au début de 2021 et s'est aggravée à la suite de la guerre en Ukraine, est particulièrement grave en Europe, où les agriculteurs sont confrontés à la fois à des prix excessifs et à des pénuries d'approvisionnement. La situation actuelle constitue une menace pour l'agriculture européenne et la sécurité alimentaire mondiale ;
  •  souligne que des actions nationales d'urgence sont nécessaires pour limiter l'impact de la crise des engrais. Outre la possibilité de soutenir directement les fabricants d'azote et les agriculteurs les plus touchés par le biais d'aides d'État (qui sont soumises à des contraintes budgétaires, présentent des risques de distorsion de la concurrence et devraient être soumises à des conditions), le CESE estime que des mesures correctives sont nécessaires pour améliorer le fonctionnement du marché des engrais de l'UE, car elles sont susceptibles d'avoir un impact plus important sur les agriculteurs et d'être plus rentables pour les contribuables ;
  • conseille de prendre des mesures qui incluent la suspension des droits d'importation de l'UE sur tous les engrais, la facilitation de la logistique des engrais et des flexibilités réglementaires pour s'attaquer à la fois à l'offre et aux prix des engrais en facilitant les importations et la concurrence intérieure;
  • considère que des mesures à moyen terme sont nécessaires pour limiter la dépendance de l'UE à l'égard des engrais minéraux importés et pour réduire l'empreinte environnementale de la fertilisation des cultures. Ces mesures devraient viser à limiter l'utilisation d'engrais en améliorant l'efficacité des éléments nutritifs des plantes, en remplaçant partiellement les engrais synthétiques par des effluents d'élevage recyclés et d'autres déchets, et en améliorant l'autosuffisance de l'Europe en matière de production d'engrais ;
  • appelle en outre à prendre en considération les aspects sociaux liés aux agriculteurs (qui sont fortement touchés par les prix des engrais), aux consommateurs de denrées alimentaires (qui sont confrontés à l'inflation des prix des denrées alimentaires) et aux travailleurs de l'industrie lors de l'adoption de nouvelles mesures ;
  • demande instamment à l'UE d'intensifier ses actions contre l'insécurité alimentaire mondiale, y compris la promotion de la transparence, de la disponibilité et de l'utilisation efficace des engrais. Le commerce mondial des engrais devrait être facilité en maintenant les marchés ouverts, en évitant les restrictions et les interdictions à l'exportation, en augmentant la production d'engrais et en développant les itinéraires logistiques.