Stimuler une croissance inclusive à long terme au moyen de réformes et d’investissements

EESC opinion: Stimuler une croissance inclusive à long terme au moyen de réformes et d’investissements

Points clés

Le CESE:

  • accueille favorablement l’initiative de la présidence belge en matière d’investissement social et de renforcement de la dimension sociale du Semestre européen, notamment par l’intermédiaire du socle européen des droits sociaux, et s’attend à ce que la réforme du Semestre européen améliore la coordination entre les États membres et la transparence, et garantisse un suivi adéquat de la mise en œuvre des plans budgétaires et structurels nationaux;
  • demande que les ressources financières existantes soient utilisées de manière efficiente et efficace, notamment grâce à une collaboration public-privé et à la mobilisation d’instruments financiers, avec une flexibilité maximale et des systèmes d’évaluation rigoureux;
  • estime qu’il est urgent d’examiner la faisabilité de la constitution, avant 2026, d’une capacité budgétaire européenne qui permettrait de réaliser les investissements nécessaires aux priorités communes, en particulier pour les investissements sociaux, qui promeuvent la stabilisation cyclique et la fourniture de biens publics européens et assurent une croissance durable à moyen et long termes, en étant soutenus à la fois par des lignes directrices communes au niveau de l’Union et une aide financière de cette dernière;
  • partage l’avis selon lequel les politiques d’investissement social — si elles sont bien conçues — peuvent avoir des effets positifs sur la croissance économique, la productivité et la compétitivité, ce qui est essentiel pour maintenir des emplois de qualité en Europe. Dans le même temps, les gouvernements nationaux doivent revoir leurs systèmes de protection sociale et s’assurer que les ressources disponibles sont concentrées sur l’aide sociale là où elle est le plus nécessaire;
  • recommande que les besoins d’investissement dans les infrastructures sociales soient cohérents d’un État membre à l’autre et bénéficient du soutien financier de l’UE;
  • réclame des réformes et des investissements dans des domaines sociaux clés (en particulier ceux qui favorisent le capital humain) car les politiques et investissements sociaux (y compris au moyen d’outils plus innovants et de la promotion de réformes appropriées, et en associant tous les acteurs concernés) peuvent devenir un facteur productif et générer des rendements économiques significatifs susceptibles de favoriser la croissance et de réduire ultérieurement les coûts principaux;
  • réitère son appel en faveur d’une participation appropriée des partenaires sociaux et des organisations de la société civile à toutes les étapes de ce processus, au moyen de procédures de consultation formelles.