Révision de la directive sur une utilisation des pesticides compatible avec le développement durable

This page is also available in

Informations pratiques

  1. Composition du groupe d'étude
  2. Administratrice / Assistante responsables : Gaia BOTTONI / Isabel ANTUNES
  3. Contact

Contexte

La Commission a lancé la révision de la directive sur l'utilisation durable des pesticides (DUP) afin de répondre au problème majeur de son efficacité limitée pour réduire l'utilisation des pesticides et les risques potentiels pour la santé humaine et l'environnement dans les États membres.

Le nouveau règlement sur l'utilisation durable des produits phytopharmaceutiques comprend de nouvelles propositions d'objectifs à l'échelle de l'UE visant à réduire de 50 % l'utilisation et les risques des pesticides chimiques d'ici à 2030, conformément aux stratégies européennes "de la ferme à la table" et "biodiversité".

Les principales mesures sont les suivantes:

  • Des objectifs juridiquement contraignants au niveau de l'UE pour réduire de 50% l'utilisation et le risque des pesticides chimiques ainsi que l'utilisation des pesticides les plus dangereux d'ici 2030. Les États membres fixeront leurs propres objectifs nationaux de réduction dans le cadre de paramètres définis afin de garantir la réalisation des objectifs à l'échelle de l'UE.
  • Lutte antiparasitaire respectueuse de l'environnement: De nouvelles mesures garantiront que tous les agriculteurs et autres utilisateurs professionnels de pesticides pratiquent la lutte intégrée contre les parasites (IPM). Il s'agit d'un système de lutte antiparasitaire respectueux de l'environnement qui met l'accent sur la prévention des nuisances et privilégie les méthodes alternatives de lutte antiparasitaire, les pesticides chimiques n'étant utilisés qu'en dernier recours.
  • L'interdiction de tous les pesticides dans les zones sensibles: L'utilisation de tous les pesticides est interdite dans des lieux tels que les espaces verts urbains, notamment les parcs ou jardins publics, les terrains de jeux, de loisirs ou de sport, les chemins publics ainsi que les zones protégées conformément à Natura 2000 et toute zone écologiquement sensible à préserver pour les pollinisateurs menacés.

Parmi les autres mesures clés, citons l'obligation pour les États membres de fixer des objectifs positifs pour accroître l'utilisation de méthodes non chimiques de lutte contre les ravageurs et l'obligation pour les agriculteurs et autres utilisateurs professionnels de pesticides d'obtenir des conseils indépendants sur les méthodes alternatives afin de garantir une plus grande adoption des méthodes non chimiques de lutte contre les ravageurs. La proposition transforme la directive existante en un règlement qui sera directement contraignant et uniformément applicable à tous les États membres.