La Commission européenne a récemment présenté une nouvelle proposition visant à promouvoir la réparation des biens plutôt que leur remplacement, devenu ces dernières années l’option par défaut. Ce mois-ci, le CESE fera part de ses propositions pour améliorer le «droit à la réparation». Nous avons demandé à Thierry Libaert d’expliquer quelles sont les demandes du Comité.

M. Libaert, rapporteur de l’avis du CESE sur le sujet, fut l’auteur d’un rapport avant-gardiste du Comité qui, en 2013, plaçait pour la première fois l’obsolescence programmée à l’ordre du jour de l’Union européenne. Certaines de ses propositions initiales deviennent à présent une réalité.