La gestion de la diversité dans les États membres de l’UE (avis exploratoire à la demande de la présidence allemande)

EESC opinion: La gestion de la diversité dans les États membres de l’UE (avis exploratoire à la demande de la présidence allemande)

Points clés

Le CESE recommande que les stratégies en matière de gestion de la diversité fassent l’objet d’une approche globale afin de porter sur l’ensemble des aspects liés au travail et à la vie quotidienne des groupes concernés.

Les migrants et les minorités ethniques ne constituent pas un groupe homogène, et la reconnaissance de l’intersectionnalité est essentielle pour élaborer des politiques efficaces en matière de diversité.

La pandémie de COVID-19 exacerbe le racisme structurel en Europe. L’UE et ses États membres devraient redoubler d’efforts, tant sur le plan juridique que politique, afin de lutter contre le racisme et la xénophobie.

Les migrants et les minorités ethniques sont en première ligne dans la lutte contre la pandémie. La reconnaissance de leur contribution devrait passer par des conditions de travail de qualité, des salaires équitables ainsi qu’une protection sociale.

Les politiques de diversité devraient non seulement lutter contre la sous-utilisation des compétences des migrants, mais aussi leur offrir un enseignement gratuit, comprenant des cours de langue.

Il convient d’aider les employeurs à utiliser les outils et méthodes existants, tels que ceux élaborés par le Réseau européen contre le racisme.

Les politiques de diversité devraient être intégrées dans l’ensemble de l’UE. Les États membres devraient préparer des plans d’action nationaux contre le racisme, comme l’a proposé la Conférence mondiale contre le racisme des Nations unies, qui s’est tenue en Afrique du Sud en 2018.

La Commission devrait élaborer d’urgence un nouveau plan relatif à l’inclusion des ressortissants de pays tiers, le précédent ayant expiré en 2018.

Il est particulièrement nécessaire d’améliorer la collecte des données sur la situation de ces groupes sur le marché de l’emploi et sur l’élaboration des politiques de diversité.

Pour promouvoir la citoyenneté active, les États membres devraient encourager les migrants à participer activement aux processus décisionnels au niveau local.

Tant les institutions que les organes de l’UE, comme le CESE, devraient montrer l’exemple en matière de gestion de la diversité, notamment en augmentant le nombre de membres et de membres du personnel appartenant à des minorités ethniques.