Services d’intérêt général – La coopération entre les pouvoirs publics et les organisations de la société civile est capitale

This page is also available in

Un séminaire de deux jours à Lublin, en Pologne, organisé conjointement par le Comité économique et social européen (CESE) et le maire de la ville, a offert l’occasion de comprendre combien il importe que les pouvoirs publics et la société civile organisée travaillent de concert pour fournir des services efficaces répondant aux besoins fondamentaux que sont par exemple les soins de santé et l’aide sociale.

La coopération entre les administrations publiques et les organisations de la société civile est primordiale pour fournir aux citoyens des services d’intérêt général efficaces en matière de soins de santé, de transports publics ou encore de logement abordable. Tel était le message fréquemment exprimé par de nombreux participants au séminaire, lequel a été organisé conjointement par la section «Transports, énergie, infrastructures et société de l’information» (TEN) du CESE et le maire de Lublin, les 1er et 2 décembre 2021.

Donnant le ton de la manifestation, Krzysztof Balon, président du groupe d’étude thématique du CESE sur les services d’intérêt général (SIG), a déclaré: Non seulement les services d’intérêt général fournis par des organisations à but non lucratif sont de meilleure qualité et plus accessibles, mais ils constituent aussi une contribution précieuse de la société civile à la démocratie participative et à notre mode de vie européen; il convient dès lors de les étoffer selon une approche de citoyens au service des citoyens.

Dans le même ordre d’idées, Mariusz Banach, adjoint au maire de Lublin, a fait valoir que sa ville représentait une étude de cas d’un engagement fort des ONG et que la participation des citoyens à la vie du pays était fondamentale. L’engagement des ONG à un degré élevé, qui n’est possible que depuis 1989 en Pologne, témoigne d’une bonne expression de la vie sociale et collective.

Évoquant l’importance cruciale des SIG, comme l’a démontré l’actuelle crise sanitaire, Baiba Miltoviča, présidente de la section TEN du CESE, a ajouté: Les services d’intérêt général sont essentiels en ce qu’ils permettent aux personnes de mener des vies dignes et garantissent à chacun le droit d’accéder à des biens essentiels et à des services de qualité. Garants de la justice, de la cohésion sociale et de l’intégration sociale, ils contribuent à l’égalité de traitement entre tous les citoyens de l’Union.

Cocréation: partager les expériences et les bonnes pratiques

Par ce séminaire intitulé «Les citoyens au service des citoyens», le CESE a voulu mettre l’accent sur le partage des expériences et des bonnes pratiques en ce qui concerne la cocréation et la fourniture de services d’intérêt général par les organisations de la société civile. La cocréation renvoie à la possibilité qui est donnée à des personnes expérimentées de travailler avec des professionnels afin d’organiser des services publics puis de les mettre sur pied. C’est une forme de démocratie participative dans laquelle les citoyens peuvent contribuer au bien commun en prenant une part active à la conception et à la fourniture des services qu’ils reçoivent.

Cette démarche va de pair avec le principe de solidarité, qui donne la priorité à la société, a fait observer Andrzej Juros, de l’Université Maria Curie-Sklodowska de Lublin, ajoutant qu’un État démocratique ne doit pas porter atteinte à la subjectivité de la société: la liberté devrait être aussi grande que possible et l’intervention de l’État aussi présente que nécessaire.

Selon Pierre Bauby, de l’ONG française «Reconstruire l’action publique», la prochaine étape pour l’avenir de la cocréation devrait être la gouvernance conjointe, où toutes les parties prenantes interviennent dans la codécision et trouvent ensemble les moyens de financer et d’évaluer conjointement la fourniture de services d’intérêt général, ainsi que d’en assumer la responsabilité commune.

Les projets CoSIE

Dans ce domaine, l’un des exemples marquants est celui des projets CoSIE: Co-creation of Service Innovation in Europe («Cocréation de l’innovation en matière de services en Europe»). Financées par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’UE, ces initiatives se fondaient sur une philosophie claire: la création de partenariats de collaboration entre les prestataires et les bénéficiaires des services est à même de susciter des innovations dans les services publics.

Entre 2017 et 2021, neuf projets pilotes ont été déployés dans 10 pays partout en Europe, par l’intermédiaire de 24 partenaires, avec à la clé des résultats impressionnants. Leur point de mire était l’utilisation de pratiques innovantes pour améliorer l’inclusion de tous les citoyens et donner à ces derniers davantage de possibilités d’agir en tant que membres actifs de la société. À titre d’exemple, l’un des projets, mis en œuvre en Pologne, portait sur le logement partagé pour les personnes âgées, un autre en Italie était axé sur la réduction de l’obésité infantile, et en Finlande, un autre projet encore avait pour objet la coresponsabilisation des jeunes.

Comme l’a souligné Heli Aramo-Immonen, responsable de l’initiative CoSIE à l’Université des sciences appliquées de Turku, en Finlande, les projets ont montré que les citoyens voient en la démocratie participative un besoin des plus urgents.

Perspectives d’avenir: renforcer la coopération avec les organisations de la société civile – le cas de Lublin

La ville de Lublin constitue un exemple de bonne coopération entre les pouvoirs publics locaux et les ONG. Chaque année, le conseil municipal fixe les priorités et affecte des ressources, en déterminant les domaines de travail commun et en définissant les tâches détaillées qui incomberont aux ONG, comme l’a expliqué Piotr Choroś, du bureau de participation sociale de la ville de Lublin.

Selon Aleksandra Kulik, de la Fondation «Sempre a Frente» de Lublin, il s’agit là d’une formidable possibilité de dialogue civil, dans le cadre duquel sont examinés les besoins et les problèmes réels des groupes cibles, ce qui permet de préparer le terrain pour favoriser une large participation aux programmes de ville sociale et pour assumer ensemble la responsabilité de l’avenir.

De manière générale, l’économie sociale a besoin d’un véritable soutien. D’après Krzysztof Hetman, député au Parlement européen, les entreprises sociales constituent un maillon essentiel dans la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux et requièrent davantage de ressources, étant donné le rôle fondamental qui est le leur au sein de nos sociétés, à savoir apporter leur expertise à la population et combler le fossé entre les citoyens et les pouvoirs publics, qui sont souvent dépassés en des périodes difficiles comme celle de la pandémie actuelle.

Downloads

Services d’intérêt général – La coopération entre les pouvoirs publics et les organisations de la société civile est capitale