La cohésion doit être au cœur de l’Europe de l’après-pandémie, ont déclaré Elisa Ferreira, membre de la Commission européenne, et Christa Schweng, présidente du CESE

This page is also available in

Lors de sa session plénière de septembre, le Comité économique et social européen (CESE) a organisé un débat sur la politique de cohésion de l’UE, au cours duquel tous les participants ont convenu que la reprise devait remédier aux inégalités socio-économiques exacerbées par la crise de la COVID-19.

La politique de cohésion est essentielle à l’élaboration d’une nouvelle vision post-COVID-19 pour l’Union européenne, axée sur la prospérité, l’inclusion et la durabilité environnementale, une vision dont la société civile organisée doit faire partie intégrante. Tel a été le message de Christa Schweng, présidente du CESE, partagé par Elisa Ferreira, commissaire européenne chargée de la cohésion et des réformes, lors de la session plénière de septembre du CESE.

Depuis le début de la crise de la COVID-19, la politique de cohésion a joué un rôle déterminant dans la recherche de solutions d’urgence et, au cours de la période de programmation 2021-2027, il faut continuer à y avoir recours pour combattre les défis et les inégalités existant au sein des États membres, des régions, des villes et entre ceux et celles-ci, la situation s’étant aggravée pendant la pandémie.

La politique de cohésion joue un rôle essentiel pour assurer une reprise équilibrée qui ne laisse personne de côté. Le principe du partenariat avec les organisations de la société civile fait partie de l’ADN de cette politique, et nous souhaitons que ce principe soit étendu à NextGenerationEU et à la mise en œuvre des plans nationaux pour la reprise et la résilience. La politique de cohésion devrait également devenir moins bureaucratique, plus numérisée et plus efficace, a déclaré Mme Schweng.

Mme Ferreira a fait observer que la crise de la COVID-19 a exacerbé les inégalités existantes et en a créé d’autres, touchant en particulier les travailleurs en première ligne, les groupes vulnérables comme les personnes âgées et les personnes handicapées, celles disposant de moindres accès aux services et celles qui ont le plus pâti du confinement, comme les femmes et les jeunes: La force de notre Union ne saurait excéder celle de son maillon le plus faible. Combattre et réduire les inégalités est une condition sine qua non d’une Union forte et prospère. L’équité sociale et l’inclusivité doivent être au cœur de notre reprise. Nous ne pouvons résoudre les problèmes sociaux sans résoudre les inégalités spatiales et régionales. Nous devons tenir compte des endroits où les gens vivent.

Politique de cohésion de l’UE — Systèmes de e-cohésion et lutte contre les inégalités

L’assemblée plénière a adopté deux documents clés sur la politique de cohésion. Dans le premier, un rapport d’information élaboré par Elena-Alexandra Calistru (ECO/547— Évaluation de la mise en œuvre de l’e-cohésion dans les programmes financés par le FEDER et le Fonds de cohésion 2014-2020), le CESE procède à une évaluation de la mise en œuvre et de la performance des systèmes d’e-cohésion dans les programmes opérationnels financés par le Fonds européen de développement régional (FEDER) et le Fonds de cohésion au cours de la période de programmation 2014-2020, en soulignant que les systèmes d’e-cohésion sont des outils utiles et ont établi un cadre propice à une mise en œuvre plus efficace de la politique de cohésion.

Commentant l’avis, Mme Calistru a estimé que Les outils numériques sont un important mécanisme pour faciliter la mise en œuvre des politiques financées par l’UE à tous les niveaux des États membres. À mesure que les instruments financiers de l’UE deviennent plus sophistiqués, de tels outils sont nécessaires pour garantir la transparence du financement, l’ouverture des données en ce qui concerne les projets financés et une communication constante facilitant l’accès de la société civile aux politiques de l’UE.

Dans le deuxième document, un avis élaboré par Ioannis Vardakastanis et Judith Vorbach (ECO/550 — Le rôle de la politique de cohésion dans la lutte contre les inégalités — complémentarités/chevauchements avec le RRF), le Comité se concentre sur la manière dont la politique de cohésion et NextGenerationEU (NGEU), principalement par l’intermédiaire de la facilité phare pour la reprise et la résilience (FRR), visent à remédier aux carences dans les domaines social, économique et environnemental et à mettre en œuvre une approche économique et sociale axée sur la prospérité.

M. Vardakastanis a déclaré que s’il importe d’éviter les chevauchements et la confusion dans la mise en œuvre des programmes, il est également essentiel de veiller à ce que ceux-ci n’entrent pas en contradiction l’un avec l’autre ni ne se nuisent mutuellement. Les procédures de la FRR devraient reprendre les principes de la politique de cohésion, dont ses règles strictes en matière de consultation des parties prenantes, afin d’orienter efficacement les investissements vers des mesures d’inclusion sociale.

Mme Vorbach a ajouté: NGEU est un pas décisif vers l’intégration de l’Union. Tout doit être mis en œuvre pour son succès. C’est pourquoi nous demandons instamment que l’accent soit mis sur une répartition équitable des ressources du programme afin de combler les carences sociétales qui se sont aggravées au cours de la pandémie. Afin de préserver une approche politique équilibrée et de ne laisser personne de côté, une meilleure participation des partenaires sociaux et de la société civile est nécessaire.

Prise en compte du point de vue de la société civile dans la future politique de cohésion de l’UE

Au cours du débat, Gonçalo Lobo Xavier, au nom du groupe des employeurs du CESE, a évoqué les ressources importantes des plans nationaux pour la reprise et la résilience (PNR), soulignant qu’il est temps de veiller à ce que la société civile ait la possibilité de participer concrètement à leur mise en œuvre.

Oliver Röpke, président du groupe des travailleurs du CESE, a quant à lui souligné qu’il est essentiel d’aligner les fonds de cohésion sur les principes du socle européen des droits sociaux afin de lutter contre les inégalités et de favoriser des emplois de qualité dans toutes les régions d’une manière durable qui favorise l’inclusion sociale et une mobilité équitable.

Enfin, Séamus Boland, président du groupe «Diversité Europe» du CESE, a souligné que la future politique de cohésion devait comporter quatre éléments: définir les sociétés que nous souhaitons, adopter une approche politique globale et complémentaire, définir nos propres lignes rouges entre les valeurs européennes et le financement de l’UE, et forger une identité européenne autour de la cohésion et de la solidarité entre les États membres.

Downloads

La cohésion doit être au cœur de l’Europe de l’après-pandémie, ont déclaré Elisa Ferreira, membre de la Commission européenne, et Christa Schweng, présidente du CESE

See also