Révision du plan d’action de l’UE contre le trafic des espèces sauvages

EESC opinion: Révision du plan d’action de l’UE contre le trafic des espèces sauvages

Points clés

Le CESE:

  • se félicite de l’engagement de la Commission européenne à fournir des ressources financières et humaines afin d’enrayer le trafic d’espèces sauvages en intégrant leur commerce dans le champ d’application des fonds de l’UE. Toutefois, le pourcentage des fonds alloués à la lutte contre le trafic d’espèces sauvages, y compris la formation à cette fin du personnel dans les États membres, devrait faire l’objet d'un accord, et les fonds alloués devraient faire l’objet d’une reddition de comptes, d’un suivi et d’une évaluation dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action à l’échelon national;
  • souligne l’importance de mécanismes de sanction efficaces et dissuasifs en matière de trafic d’espèces sauvages. Le niveau actuel des sanctions proposées par le Conseil dans le cadre de la directive relative à la protection de l’environnement par le droit pénal est trop faible et devrait être revu à la hausse pour assurer le succès du plan d’action de l’UE contre le trafic d’espèces sauvages;
  • appelle de ses vœux la mise en place de structures homogènes dans tous les États membres, qui devraient prendre la forme de comités interservices et d’unités ou de personnel spécialisés entraînés à lutter contre le trafic d’espèces sauvages, ainsi que l’établissement de canaux destinés à assurer la communication et la coopération avec les partenaires sociaux et la société civile.