Promouvoir des chaînes alimentaires courtes et alternatives dans l’Union européenne: le rôle de l’agroécologie (avis d’initiative)

This page is also available in

Avis du CESE: Promouvoir des chaînes alimentaires courtes et alternatives dans l’Union européenne: le rôle de l’agroécologie (avis d’initiative)

Points clés

  • Le CESE souligne dans cet avis que les circuits courts et l’agroécologie sont de nouveaux horizons pour les agricultures européennes.
  • La vente en circuit court constitue une réelle opportunité pour des petites structures d’augmenter la valeur ajoutée et la rentabilité des fermes. Cette re‑localisation apporte de l’emploi et du dynamisme local, avec un fort engagement des agriculteurs la pratiquant. Pour les consommateurs, c’est une source de produits frais et de bonne qualité, riche d’une histoire et de relations humaines, et qui constitue un moyen de s’intéresser et de s’éduquer à l’alimentation et à la valeur des produits.
  • Ce mode de production-distribution n’est pas adapté à toutes les exploitations agricoles. Il ne remplace pas non plus le besoin d’aliments non produits localement. Dans des circuits plus longs, les systèmes de labels de qualité européens (indication géographique protégée, appellation d’origine protégée, spécialité traditionnelle garantie) constituent une source d’identification et de valorisation facilitant le choix des consommateurs.
  • Dans ce contexte, le CESE observe l’émergence de l’agroécologie comme un nouveau paradigme alimentaire et agricole.
  • Le CESE considère que l’agroécologie constitue l’horizon vers lequel doit tendre l’agriculture européenne, qui dépend intrinsèquement de la préservation des ressources naturelles pour son développement.
  • Le CESE souhaite le déploiement du projet agroécologique au niveau de l’UE et s’appuie sur un plan d’action structuré à l’aide de différents leviers, au niveau local, régional et européen. Parmi les mesures importantes, retenons:
    • rendre accessible le financement pour la mise en place des équipements nécessaires, individuels ou collectifs (2e pilier de la PAC);
    • appliquer la législation alimentaire de façon adaptée aux petits producteurs avec de la flexibilité pour les productions à petite échelle, de même que pour les exigences en matière d’étiquetage, etc.;
    • mettre en place ou renforcer des services d’éducation et de conseil adéquats pour la transformation, la vente directe et l’agroécologie;
    • favoriser les réseaux d’échanges entre agriculteurs;
    • orienter la recherche vers l’agroécologie et les besoins des producteurs en circuits courts.
    • Au niveau des territoires: des règles adaptées de concurrence doivent être mises en place pour faciliter l’approvisionnement de la restauration collective en circuit courts et locaux.