Les concepts de l'UE en matière d’élaboration des transitions dans un monde du travail numérisé – une importante contribution à un livre blanc sur l’avenir du travail (avis exploratoire à la demande de la présidence autrichienne)

This page is also available in

Avis du CESE: Les concepts de l'UE en matière d’élaboration des transitions dans un monde du travail numérisé – une importante contribution à un livre blanc sur l’avenir du travail (avis exploratoire à la demande de la présidence autrichienne)

Le monde du travail numérisé nécessitera une bonne gestion de la transition – non seulement du côté des entreprises, mais aussi du côté du capital humain.
D'une part, les entreprises doivent identifier et évaluer les nouveaux besoins et élaborer et mettre en œuvre des plans de maîtrise des risques et de réduction des coûts de la transition; d'autre part, les employés devraient bénéficier d'une orientation et d'une formation appropriées, afin qu'ils puissent s'adapter à la nouvelle réalité et être en mesure de saisir les opportunités offertes et de prospérer.
Un autre aspect à prendre en compte dans le monde du travail numérisé est l'utilisation des données. Grâce aux technologies et aux données numériques, l'évolution des tendances est mieux comprise et un soutien ciblé peut être proposé aux individus; pourtant, l'utilisation de ces données numériques devrait être réglementée.
L'avis s'appuiera sur le travail déjà effectué par le Comité sur l'avenir du travail.


Points clés

Le CESE:

  • soutient une transition numérique juste, ancrée dans le respect des valeurs européennes qui préconisent plein emploi, progrès social, haut niveau de protection, réduction de la pauvreté et des inégalités;
  • plaide pour que les possibilités immenses qu’offrent les nouvelles technologies profitent à tous: travailleurs, citoyens, entreprises. Dans cette évolution, il ne doit pas y avoir de perdants. Les politiques doivent être, en priorité, orientées sur le renforcement des trajectoires individuelles, afin d’équiper tous les citoyens des bonnes compétences;
  • considère prioritaire la mise à niveau des compétences des travailleurs européens, en particulier pour ceux dont les niveaux de qualification et l’obsolescence des compétences ne leur permettent pas d’occuper les nouveaux emplois ou ceux qui seront modifiés par la technologie;
  • des ressources supplémentaires peuvent se nicher dans les gains de productivité produits par la numérisation. Le CESE recommande que le dialogue social autour du partage de la valeur ajoutée soit organisé au niveau de la filière et de l’entreprise pour convenir des modalités d’utilisation;
  • concernant l’intelligence artificielle (IA), le CESE souligne que l’opacité du fonctionnement des algorithmes et la manière dont ils opèrent des choix qui échappent au contrôle humain posent des défis immenses à l’UE ainsi que des questions fondamentales sur la société où nous voulons vivre. Une approche centrée sur le contrôle de l’homme sur la machine est fondamentale;
  • soutient des cadres stratégiques universels de l’IA donnant à l’UE un avantage compétitif et encourage le développement d’une IA socialement responsable et au service du bien commun;
  • souligne que l’Union doit apporter son soutien au nouveau domaine de recherche qu’est l’ergonomie cognitive, qui vise l’adoption de mesures favorisant une utilisation des technologies intelligentes centrée sur l’humain.