You are here

La situation des femmes roms (avis exploratoire du Parlement européen)

Avis du CESE: La situation des femmes roms (avis exploratoire du Parlement européen)

Un grand nombre de femmes et de filles roms continuent d’être confrontées à de multiples discriminations dans divers domaines qui touchent, entre autres, à la santé, à l’emploi et à l’éducation. Elles n’ont également que des possibilités limitées d’influer sur les politiques qui les concernent le plus. Aussi, le CESE fait valoir combien il importe de s’assurer de leur participation aux programmes qui leur sont destinés et de prévoir qu’elles y soient représentées de manière majoritaire dans les phases de planification et de mise en œuvre. Le CESE demande qu’il soit mis fin à l’enseignement ségrégué et réclame la suppression des pratiques de santé violant les normes déontologiques.


Points clés

Le CESE:

  • fait valoir combien il importe d’assurer la participation des femmes roms aux politiques qui les concernent le plus;
  • propose que les femmes roms soient représentées de manière majoritaire dans les phases de planification et de mise en œuvre des programmes qui leur sont destinés;
  • demande qu’il soit mis fin à l’enseignement ségrégué et réclame la mise en place de programmes de formation pour les femmes roms, pour contribuer à leur assurer de meilleures possibilités d’emploi;
  • réclame la suppression des pratiques de santé violant les normes déontologiques; recommande de mettre en place des points d’information sur la santé et de déployer des médiateurs de santé pour faire valoir les droits des Roms en matière de soins de santé, et atteindre ceux qui vivent dans des ghettos;
  • propose de prolonger, voire de supprimer, le délai de prescription pour les stérilisations forcées;
  • encourage la promotion des entreprises de l’économie sociale, en aidant les jeunes entreprises, pour favoriser l’autonomisation économique des femmes roms, en tant que moyen de lutter contre la pauvreté et l’exclusion;
  • souligne qu’il convient de mettre un terme aux procédures d’expulsion injustifiées et illégales;
  • propose que soit dressé l’inventaire des violations systématiques des droits des femmes roms, avec la préparation de «livres blancs» qui seraient élaborés en collaboration avec des organisations indépendantes de communautés roms;
  • incite tous les États membres de l’UE à ratifier la Convention d’Istanbul et à la mettre en œuvre, sachant que les femmes et les filles roms sont particulièrement victimes de la violence.