Vers une participation structurée des jeunes au processus décisionnel de l’UE concernant le climat et la durabilité (avis d’initiative)

This page is also available in

Note d’information: Vers une participation structurée des jeunes au processus décisionnel de l’UE concernant le climat et la durabilité (avis d’initiative)

Informations pratiques

  1. Composition du groupe d'étude
  2. Administrator / Assistant responsables: Stella BROZEK-EVERAERT / Luca PITRONE
  3. Contact

Contexte

Portée et objectifs

Cet avis examinera les possibilités de nouer le dialogue avec les jeunes de manière formelle au niveau institutionnel. Il fournira les pierres angulaires d’une nouvelle approche structurée de la participation des jeunes au niveau de l’UE et proposera au CESE des recommandations concrètes sur la manière de mieux intégrer les jeunes dans ses processus de travail, afin de contribuer à la diffusion de leur message et, partant, à rendre le message du CESE plus équitable dans un contexte intergénérationnel.

En outre, en encourageant les jeunes à s’engager structurellement dans des politiques en matière de climat et de durabilité, l’avis préparera le terrain pour leur implication nécessaire dans la co-conception et la mise en œuvre des plans de relance, qui doivent contenir des mesures fortes en matière de climat et de durabilité. 

Contexte

Étant donné que les ODD doivent à présent être mis en œuvre dans le cadre du pacte vert pour l’Europe, cela devrait en principe ouvrir le débat sur un changement de paradigme vers un modèle plus participatif de gouvernance à acteurs multiples en faveur du développement durable. Les jeunes devraient être parties prenantes à ce nouveau modèle de gouvernance et être autorisés à participer au processus décisionnel au niveau de l’UE d’une manière structurée et formelle qui aille au-delà de simples consultations et réunions ad hoc.

La crise mondiale actuelle provoquée par la pandémie de COVID-19 a démontré de manière éclatante la capacité des gouvernements à prendre des mesures radicales pour faire face à une menace existentielle, ainsi que celle des citoyens à s’adapter, au moins pour un temps, à de nouveaux modes de vie contraints que ces mesures leur imposent. 

Il importe de relever que d’un point de vue scientifique, l’on s’interroge sérieusement sur le lien que pourrait entretenir la COVID-19 avec la crise que connaît le climat et avec la perte de diversité biologique qui en découle. 

L’avis contribuera à la réflexion sur le redressement après la crise en formulant des recommandations concrètes pour une stratégie globale sur l’engagement des jeunes, qui pourrait servir de modèle pour une participation accrue du public aux questions liées au climat et au développement durable.