Vers un développement territorial plus équilibré dans l'UE

EESC opinion: Vers un développement territorial plus équilibré dans l'UE

 

Dans de nombreux pays de l'UE orientale et méridionale,  l'on observe un flux continu de jeunes quittant leur ville d'origine dans le but de trouver un emploi dans des villes éloignées. Cette tendance est préoccupante. Une demande mondiale toujours croissante de denrées alimentaires exigera dans un avenir proche que toutes les surfaces agricoles soient cultivées. Abandonner de vastes zones de production (ou les laisser accaparer par des entreprises étrangères d'investissement) est un luxe que l'UE ne peut se permettre.

La concentration de l'activité économique dans les zones urbaines n'est pas viable sur le long terme.

Afin de créer un lien d'attachement des jeunes travailleurs à leurs territoires ruraux ou de le ramener sur leurs territoires s'ils les ont déjà quittés, la disponibilité de bons emplois est une condition nécessaire mais insuffisante. L'enseignement et les services de santé, les liens en matière de TIC, les activités culturelles mêmes doivent atteindre un niveau minimum, permettant de rendre la vie à ces endroits non seulement acceptable mais réellement attrayante. Compte tenu que presque toutes les politiques européennes sont concernées, une approche transversale et globale est nécessaire, qui intègre dans toute planification politique cette dimension territoriale comme une préoccupation permanente de durabilité.