Une nouvelle stratégie de l’Union européenne en faveur de la jeunesse (Communication)

EESC opinion: Une nouvelle stratégie de l’Union européenne en faveur de la jeunesse (Communication)

Dans son avis, le CESE se félicite de la stratégie de l'Union européenne en faveur de la jeunesse pour 2019-2027 et, en particulier, de la création du coordonnateur de l'Union européenne pour la jeunesse. Il fait également une série de recommandation! s, telles que:

  • la stratégie devrait être davantage liée aux programmes européens existants, tels que Erasmus +, la garantie pour la jeunesse et le corps européen de solidarité;
  • elle devrait mettre l'accent sur une approche intersectorielle, en adoptant une vision holistique des jeunes, de leurs besoins et de leurs droits; la politique de l'UE en faveur de la jeunesse devrait être incluse dans le processus du semestre européen;
  • le champ d'application de la stratégie devrait être élargi par une action visant à protéger, soutenir et doter les jeunes de droits, de connaissances et de compétences pour faire face aux défis mondiaux actuels;
  • La stratégie devrait accorder plus d'attention aux problèmes d'emploi affectant les jeunes, ainsi qu'à d'autres problèmes sociaux tels que la santé mentale, l'égalité et l'éducation. Il devrait également promouvoir la démocratie, un engagement civique plus large, y compris le vote, le volontariat, les ONG dirigées par des jeunes, la démocratie sur le lieu de travail et le dialogue social.

Points clés

  • Dans son avis, le CESE se félicite de la stratégie de l’Union européenne en faveur de la jeunesse pour la période 2019-2027 (ci-après la «stratégie») et en particulier de l’institution dans ce cadre d’un coordonnateur européen des activités relatives à la jeunesse.
  • Le Comité est d’avis qu’il convient de resserrer les liens de la stratégie avec les programmes existants de l’UE, tels que Erasmus+, la garantie pour la jeunesse et le corps européen de solidarité.
  • Le CESE estime que pour être efficace, la stratégie doit se concentrer sur les trois axes suivants:

- l’approche intersectorielle, en adoptant une vision globale des jeunes et de leurs besoins ainsi que de leurs droits;

- le coordonnateur de l’UE pour la jeunesse, nouvelle fonction créée, qui devrait s’attacher en premier lieu à piloter une action intersectorielle et occuper un poste de haut niveau;

- la politique de l’UE en faveur de la jeunesse devrait être intégrée au processus du Semestre européen, afin de mettre davantage l’accent sur l’obtention de résultats, en particulier dans les domaines intersectoriels.

  • Le Comité recommande que la stratégie accorde davantage d’attention aux problèmes d’emploi dont pâtissent les jeunes, notamment en ce qui concerne le débat sur l’avenir du travail, ainsi que d’autres questions sociales telles que la santé mentale, l’égalité et l’éducation.
  • En sus de promouvoir la démocratie, le CESE estime que la stratégie devrait aussi encourager un engagement civique plus large, et notamment le vote, le volontariat, les ONG dirigées par des jeunes ainsi que la démocratie sur le lieu de travail et le dialogue social.