Un partenariat renouvelé avec le voisinage méridional – Un nouveau programme pour la Méditerranée

EESC opinion: Un partenariat renouvelé avec le voisinage méridional – Un nouveau programme pour la Méditerranée

Points clés:

  •  Le CESE se félicite de l’engagement renouvelé que manifeste la communication en faveur de l’état de droit, des droits de l’homme et des droits fondamentaux, de l’égalité, de la démocratie et de la bonne gouvernance, fondements du développement de sociétés équitables, inclusives et donc prospères, ainsi que de l’attention particulière qu’elle accorde aux jeunes, aux femmes et aux groupes défavorisés. Dans le même temps, il accueille favorablement les nouveaux objectifs sociaux promus lors du sommet de Porto, qui doivent avoir une incidence sur la mise en œuvre de la communication conjointe.
  • Le CESE se félicite vivement de l’engagement de l’UE à promouvoir une culture de l’état de droit en associant étroitement la société civile et les milieux d’affaires à ses travaux. Les organisations de la société civile (OSC) et les organisations de partenaires sociaux demeurent des interlocuteurs incontournables dans la mise au point et le suivi de la coopération de l’UE. C’est pourquoi le Comité estime qu’il est essentiel que l’UE soutienne et encourage l’action des différentes institutions et réseaux d’OSC au sens large, à l’échelle euro-méditerranéenne, afin qu’ils puissent mener leurs travaux dans les meilleures conditions possibles.
  • Le CESE juge très positif de promouvoir la mobilisation du secteur privé dans le développement de la région, en plus des investissements publics indispensables, ainsi que d’approfondir le dialogue public-privé en vue d’assurer la durabilité socio-économique qui conduira à la création d’emplois décents. Ce rapprochement devrait être encouragé tant au niveau régional euroméditerranéen qu’au niveau national et local.
  • Le CESE juge important d’améliorer la coopération régionale, sous-régionale et interrégionale. Il se félicite du soutien résolu affiché en faveur d’un renforcement de la coopération dans les enceintes multilatérales, dont les Nations unies seraient le centre, en particulier sur les questions de paix et de sécurité. Le Comité encourage à mettre en place des synergies entre les instruments prévus dans la charte des Nations unies et la stratégie de l’UE sur l’union de la sécurité, et il estime qu’une augmentation significative des efforts de l’UE dans la région est nécessaire. Un bon exemple de l’approche de bonne gouvernance dans la région est le soutien clair à l’Union pour la Méditerranée (UpM) en tant que forum d’échange et de coopération.
  • Le CESE souligne que l’accent doit être mis sur la lutte contre les causes profondes de la migration dans les différents pays partenaires, afin que les personnes ne migrent pas en raison d’un manque de possibilités. Parmi les pistes de remédiation figurent, par exemple, un meilleur accès à l’éducation ou des mesures visant à créer des emplois de qualité. Le CESE invite l’UE à veiller à ce que la transition écologique ne soit pas perçue comme un modèle imposé depuis l’extérieur.
  • Le CESE estime que l’égalité hommes-femmes n’est pas seulement un droit humain universellement reconnu, c’est aussi un impératif pour le bien-être, la croissance économique, la prospérité, la bonne gouvernance, la paix et la sécurité; il convient de redoubler d’efforts dans ce domaine, y compris en intégrant les questions d’égalité entre les hommes et les femmes dans tous les programmes de coopération et les actions cibles, conformément au troisième plan d’action de l’UE sur l’égalité des sexes.