Stratégies de sortie de crise de l`EU et mutations industrielles: des emplois plus précaires ou durables

Stratégies de sortie de crise de l`EU et mutations industrielles: des emplois plus précaires ou durables

Contenu essentiel de l'avis

Le CESE est convaincu que ce qu'il faut pour mieux sortir de la crise, ce sont des emplois qui permettent aux gens d'acquérir un revenu dans un environnement de travail sûr et sain et un climat qui reconnaît les droits des travailleurs et ménage une place à un dialogue social fructueux. Ce sont des emplois très productifs qui créent une grande valeur ajoutée sur le plan de l'innovation, de la qualité, de l'efficacité et de la productivité. L'Europe peut ainsi générer une croissance économique stable et rester compétitive par rapport aux autres régions du monde.

Le CESE estime que la principale condition à remplir pour créer de nouveaux emplois est une croissance économique durable et stable et se réjouit que plusieurs institutions et organisations aient tenu compte de la dimension sociale de la reprise dans les propositions qu'elles ont formulées pour trouver une issue à la crise.

Le CESE constate que les entreprises recourent à différents types d'emplois, ce qui conduit à de nouvelles formes de travail, donnant lieu également à des emplois précaires pour lesquels les personnes sont recrutées sur la base de contrats temporaires, assortis de faibles revenus et d'un niveau peu élevé de sécurité sociale et n'offrant aucune protection des droits des travailleurs.

L'évolution démographique et la rapidité des mutations technologiques dans les processus de production font peser sur l'Europe la menace d'une importante pénurie de personnel qualifié. C'est pourquoi tout le monde devrait conserver l'accès au marché du travail. Les travailleurs doivent avoir la possibilité de développer leurs compétences et leurs qualifications professionnelles et d'en acquérir de nouvelles tout au long de leur vie active.

Les travailleurs doivent pouvoir accéder en particulier aux programmes de formation professionnelle. Ce sont souvent les travailleurs qui ont le plus besoin d'une formation qui utilisent le moins ces programmes, il convient d'adopter des mesures différentes pour les différents groupes de travailleurs.

Le CESE appelle les institutions européennes à assurer le maintien des normes sociales européennes avec davantage de conviction. Le manque de résolution à cet égard a notamment eu pour conséquence un nombre croissant de travailleurs pauvres, des inégalités grandissantes, une crainte de plus en plus grande à l’égard de l’avenir et, dans le même temps une défiance de plus en plus marquée des gens vis-à-vis de leurs concitoyens, des institutions sociales et des pouvoirs publics. Ces réactions ne concernent pas seulement les autorités nationales mais aussi les institutions européennes.

Une annexe à l'avis comporte un certain nombre d'exemples de bonnes pratiques fournis par les membres de la CCMI. Le CESE recommande à la Commission européenne de promouvoir et de favoriser l'échange d'expériences et de bonnes pratiques.
 

Downloads

Appendix on Good practices accross Europe