Situation des organisations de la société civile en Turquie

This page is also available in

Situation des organisations de la société civile en Turquie

Le CESE a décidé de créer un comité consultatif mixte (CCM) UE-Turquie en 1995 sur la base du mandat qui lui a été confié dans l'accord d'Ankara. Depuis lors, cet organe conjoint officiel de l'UE et de la Turquie a tenu 32 réunions. Le CCM fonctionne comme un instrument de suivi des négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE, formulant des recommandations aux pouvoirs politiques des deux parties et encourageant l'interaction entre les acteurs économiques et sociaux de la société civile organisée au sein de l'UE et en Turquie.

Les membres de ce comité ont toujours fortement soutenu l'adhésion de la Turquie à l’UE et ont contribué de manière significative au renforcement des relations entre l'UE et la Turquie en fournissant des orientations concrètes sur des questions d'intérêt commun tels que les droits des syndicats, le rôle des femmes en Turquie ou la coopération commerciale.

Toutefois, à la suite des événements qui se sont produits au parc Gezi en mai 2013, la section spécialisée "Relations extérieures" du CESE a décidé d'intensifier les relations de ce dernier avec les organisations de la société civile turque au-delà des réunions du CCM. Une mission d'étude de trois membres a ensuite été organisée à Istanbul et à Ankara en septembre 2013. Au cours de cette visite, des contacts ont été noués avec de nouvelles organisations, notamment des représentants de journalistes, d'avocats, de docteurs, ainsi que de défenseurs des droits de l'homme et de l'environnement, ce qui a permis de connaître de nouveaux avis et de découvrir sous un nouvel angle les difficultés croissantes que rencontrent les organisations de la société civile turque dans le cadre de leurs activités.

Afin de renforcer les relations de travail avec ces organisations et de continuer à suivre l'évolution en cours, dans un pays au climat politique tendu, cet avis d'initiative examinera le cadre juridique ainsi que l'environnement dans lesquels évolue actuellement la société civile turque.

Les recommandations qui y seront formulées fourniront des orientations aux autres institutions de l'UE, en particulier à la Commission, sur les façons de mieux soutenir les organisations de la société civile turque et d'améliorer leurs conditions de travail.