You are here

Le secteur européen de la réparation et de la transformation de navires: industrie résistante, compétitivité au niveau mondial et adhésion aux politiques de l'UE pour une croissance durable

Le secteur européen de la réparation et de la transformation de navires: industrie résistante, compétitivité au niveau mondial et adhésion aux politiques de l'UE pour une croissance durable

Le Comité affirme que malgré des possibilités prometteuses et du fait de la persistance de la crise, les propriétaires de navires et les chantiers d'entretien, de réparation et de transformation restent confrontés à des goulets d'étranglement financiers, ce qui rend difficiles les conditions d'activité des entreprises face à une concurrence de plus en plus forte des pays tiers. Le sous-secteur que constituent l'activité d'entretien, de réparation et de transformation de navires doit collaborer étroitement avec la chaîne de valeur maritime, de manière à renforcer sa position et à obtenir des aides de l'UE, de ses États membres et des régions.

Le Comité considère qu'il serait utile et nécessaire de mettre en œuvre en faveur de ce secteur des mesures telles que celles énumérées ci-après:

- procéder à un élargissement et à un accroissement du rôle de la Banque européenne d'investissement (BEI) vis-à-vis de cette branche d'activité,
- recourir éventuellement à l'initiative relative aux emprunts obligataires liés à des projets au titre de la stratégie Europe 2020,
- orienter les fonds régionaux vers la "spécialisation intelligente",
- étendre la durée de validité de l'encadrement relatif aux aides d'État autorisées avant que de nouvelles dispositions entrent en vigueur,
- accorder la priorité aux fonds de l'Union pour la recherche, le développement et l'innovation relevant de l'initiative "Horizon 2020".

En raison du vieillissement de la main d'œuvre qualifiée, il convient de se pencher sur le problème de la pénurie de compétence parmi les jeunes.

Le secteur de l'entretien, de la réparation et de la transformation de navires et celui de la construction navale doivent consulter ensemble, de manière fréquente et systématique, l'Agence européenne pour la sécurité maritime (AESM) en vue de parvenir à rendre les navires plus écologiques et sûrs et à les contrôler efficacement.

L'ensemble des nouvelles règles et exigences relatives aux technologies de pointe ainsi que les transformations en rapport avec l'efficacité énergétique offrent des ouvertures pour le secteur de l'entretien, de la réparation et de la transformation de navires. L'application concrète des règles de l'OMI, en particulier celle de la convention pour la gestion des eaux de ballast, revêt une portée cruciale pour le secteur; ces règles doivent être mises en œuvre de manière adéquate et efficace et il est nécessaire de définir clairement les effets qui en sont attendus.

Les prévisions à moyen terme, portant sur trois ans,  font état de gros besoins en matière d'activités de recyclage des navires réalisées en Europe. Le secteur de l'entretien, de la réparation et de la transformation de navires dispose de l'équipement nécessaire et du capital humain pour réaliser de tels projets, d'une manière qui soit respectueuse des hommes et de l'environnement. Les activités de recyclage de navires pourraient revêtir une importance de plus en plus stratégique pour l'industrie européenne.