Industries créatives et culturelles: un atout européen à valoriser dans la compétition mondiale

This page is also available in

Industries créatives et culturelles: un atout européen à valoriser dans la compétition mondiale

La Communication de la Commission en 2012 "Promouvoir les secteurs de la culture et de la création pour favoriser la croissance et l’emploi dans l’Union européenne" a marqué un tournant dans la reconnaissance de l'importance économique, sociale et culturelle de ces industries au niveau des institutions européennes. Cette Communication était accompagnée de deux documents de travail des services de la Commission (SWD) – un sur la compétitivité des industries du haut-de gamme , l'autre sur la compétitivité du secteur européen de la mode . Elle a été suivie d'un plan d'action sur la compétitivité des industries du haut-de gamme et du secteur européen de la mode.

Dans une Communication adoptée en 2014, la Commission européenne qualifie les industries créatives et culturelles de modèles à suivre pour la renaissance industrielle de l'Europe .

Approuvé le 19 novembre 2013 par le Parlement européen et validé le 5 décembre par le Conseil de l’Union européenne, le programme Europe Créative vise à renforcer les secteurs européens de la culture et de la création pour la période 2014-2020. Englobant les anciens programmes MEDIA, MEDIA Mundus et Culture, Europe Créative a été doté d’un budget global d’1,46 milliard d’euros, soit une augmentation de 9 % par rapport à l’exercice précédent. La culture européenne, le cinéma, la télévision, la musique, la littérature, les arts du spectacle, le patrimoine et les domaines connexes bénéficieront donc d’un soutien accru de la part des institutions européennes.

Dans ce contexte d'une prise de conscience grandissante de la valeur économique, sociale et identitaire des industries créatives et culturelles dans l'Union européenne, le Comité propose de mener une réflexion transversale sur les stratégies de valorisation de ce patrimoine européen et d'explorer plusieurs pistes de réflexion sur les actions à mettre en œuvre au niveau européen qui prendront en compte certains points identifiés comme pertinents par le Comité dans des travaux antérieurs, notamment

  • une dimension technologique et de valeur ajoutée sur le plan de la création, de la diffusion de biens et services à fort contenu culturel, artistique ou ludique ainsi que de la préservation de savoir-faire;
  • une dimension de dialogue territorial avec la société civile;
  • une dimension internationale de l'Europe créative et culturelle;
  • une dimension financière, d'accès au crédit, mais aussi de formation au management et à la gestion des créateurs.

Prenant comme référence le cadre pour les statistiques culturelles de l’UNESCO, cet avis s’appuie sur une définition des industries culturelles et créatives entendues comme les secteurs d’activité ayant comme objet principal la création, le développement, la production, la reproduction, la promotion, la diffusion ou la commercialisation de biens, de services et activités qui ont un contenu culturel, artistique et/ou patrimonial.

Ainsi, les principales caractéristiques des industries culturelles et créatives sont :

  • L’intersection entre l’économie et la culture ;
  • La créativité au cœur de l’activité ;
  • Le contenu artistique, culturel ou inspiré de la création du passé ;
  • La production de biens et de services fréquemment protégés par la propriété intellectuelle — droit d’auteur et droits voisins
  • La double nature : économique (génération de richesse et d’emploi) et culturelle (génération de valeurs, de sens et d’identité) ;
  • L’innovation et le renouvellement créatif ; ainsi que les règles en matières d'innovation et d'aides d'Etats;
  • Une demande et des comportements du public difficiles à anticiper ;
  • Un secteur marqué par la non-systématisation du salariat comme mode de rémunération du travail et la prédominance de micro-entreprises, travailleurs indépendants et auto-entrepreneurs.