You are here

Égalité des genres sur les marchés européens du travail (avis exploratoire demandé par le Parlement européen)

Avis du CESE: Égalité des genres sur les marchés européens du travail (avis exploratoire demandé par le Parlement européen)

Cet avis répond à une demande d'avis exploratoire du Parlement européen sur l'égalité entre les hommes et les femmes sur les marchés du travail européens, qui mettait un accent particulier sur la situation salariale et les obligations en matière de soins/garde. L'avis estime nécessaire d'élaborer une stratégie européenne intégrée et ambitieuse pour s'attaquer aux obstacles systémiques et structurels et mener à des politiques visant à améliorer l'égalité entre les hommes et les femmes et à contribuer à la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux. Il réitère les positions du CESE sur l'écart de rémunération et l'équilibre travail-vie personnelle et recommande des systèmes de rémunération neutres. Il plaide en faveur de la lutte contre la ségrégation sexuelle dans les domaines de l'éducation, de la formation et du marché du travail, en particulier des femmes appartenant à des groupes vulnérables.


 Points clés

Le CESE:

  • considère qu’il s’impose d’élaborer une stratégie européenne intégrée et ambitieuse qui combatte les obstacles systémiques et structurels en la matière et débouche sur des politiques propres à réaliser des progrès vers l’égalité entre les hommes et les femmes et à contribuer à la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux;
  • répète qu’il est nécessaire de mieux relever certains défis qui sont déjà bien connus et sur lesquels il a déjà émis des avis, comme l’écart de rémunérations entre hommes et femmes et l’équilibre entre vie professionnelle et privée;
  • demande instamment aux États membres et à l’UE d’accélérer l’application de la recommandation sur la transparence des rémunérations que la Commission européenne a émise en 2014, recommande de recourir à des systèmes salariaux neutres du point de vue de l’égalité des sexes, et soutient pleinement les objectifs de la Coalition internationale pour l’égalité salariale (EPIC), afin que l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes soit comblé d’ici 2030;
  • reconnaît pleinement qu’il est nécessaire de réduire la ségrégation entre hommes et femmes en matière d’éducation et de formation, ainsi que sur le marché du travail;
  • demande que l’on redouble d’efforts afin d’intégrer sur le marché du travail les femmes issues de groupes vulnérables et les faire accéder à l’autonomie, en veillant à adopter une démarche intersectionnelle;
  • recommande que les États membres adaptent leurs systèmes de prélèvements et prestations sociales pour les rendre plus neutres du point de vue de l’égalité des sexes et les expurger d’éléments qui pourraient dissuader le second membre d’un ménage pouvant générer un revenu de prendre un emploi ou d’augmenter son activité professionnelle;
  • réclame le lancement d’une réflexion renouvelée avec les États membres sur les objectifs de Barcelone, fixés en 2002, dans le domaine des infrastructures d’accueil de l’enfance, visant à les rendre plus ambitieux et à étendre la démarche aux soins dispensés aux autres personnes dépendantes;
  • appelle le Parlement européen et le Conseil à établir, au sein des Fonds structurels européens futurs, des indicateurs nouveaux et appropriés, afin de mieux cerner la contribution financière que l’UE apporte aux différents services de soins à la personne et à l’égalité entre les hommes et les femmes;
  • presse le Parlement et le Conseil d’apporter un soutien vigoureux au nouveau programme InvestEU pour la période 2021-2027, qui couvre les investissements dans les infrastructures sociales, de manière à ce qu’il incite à investir comme il se doit dans l’accueil d’enfants, y compris post-scolaire;
  • estime qu’il s’impose d’encourager l’entrepreneuriat féminin, de façon à ce qu’il tire parti du potentiel considérable de l’économie numérique et de l’innovation technologique, et plaide pour que les entreprises dirigées par des femmes aient un meilleur accès aux financements;
  • juge que les financements de l’UE devraient être alloués d’une manière qui soit plus attentive à la question de l’égalité entre les hommes et les femmes et qu’il conviendrait de lui donner rang d’objectif à part entière.