Centre européen de compétences industrielles, technologiques et de recherche en matière de cybersécurité et le Réseau de centres nationaux de coordination

This page is also available in

Avis du CESE: Centre européen de compétences industrielles, technologiques et de recherche en matière de cybersécurité et le Réseau de centres nationaux de coordination

Points clés

  • Le Comité économique et social européen (CESE) salue l’initiative de la Commission européenne. Il estime qu’elle est utile au développement d’une stratégie industrielle en matière de cybersécurité et déterminante pour parvenir à une autonomie numérique large et solide. Ces éléments sont indispensables au renforcement des mécanismes de défense européenne face à la cyberguerre en cours, qui risque de mettre à mal les systèmes politiques, économiques et sociaux.
  • Le CESE est favorable à ce que la coopération soit étendue au secteur de l’industrie, sur la base d’engagements fermes sur le plan scientifique et des investissements, et à ce que ce secteur participe à l’avenir au conseil de direction. Dans l’hypothèse d’une collaboration tripartite entre la Commission européenne, les États membres et le secteur de l’industrie, la présence d’entreprises de pays tiers devrait se limiter à celles qui sont établies depuis longtemps sur le territoire de l’UE et font pleinement partie de la base technologique et industrielle européenne, pour autant qu’elles soient soumises à des mécanismes d’examen et de contrôle appropriés et respectent le principe de réciprocité et les obligations de confidentialité.
  • La proposition devrait mieux préciser selon quelles modalités le Centre pourra intervenir concernant la coordination des financements du programme pour une Europe numérique et du programme «Horizon Europe». Par ailleurs, afin d’accroître l’enveloppe budgétaire, le CESE recommande de renforcer les synergies avec d’autres instruments financiers de l’UE, par exemple les Fonds régionaux, les Fonds structurels, le MIE, le Fonds européen de la défense, InvestEU, etc.
  • Le Comité rappelle l’importance que revêt le capital humain, et espère que le Centre de compétences pourra, en collaboration avec les universités, les centres de recherche et les établissement d’enseignement supérieur, promouvoir une éducation et une formation d’excellence, notamment grâce à des filières d’études spécifiques dans les universités et les écoles supérieures. Il est par ailleurs essentiel de prévoir un soutien spécifique pour les start-up et les PME.