Activités du corps volontaire européen d'aide

This page is also available in

Activités du corps volontaire européen d'aide

Le CESE se félicite de la création de l'initiative "Volontaires de l'aide de l'UE", dans la mesure où elle permettra de promouvoir la participation citoyenne européenne dans le domaine humanitaire, notamment à travers des organisations de la société civile. Cette initiative devrait favoriser l'inclusion des États membres dont la tradition en matière de tâches humanitaires est moins ancienne, et pour ce faire, il y a lieu de mettre en œuvre des actions spécifiques visant à renforcer tant la participation des personnes volontaires de ces pays que la promotion de leurs organisations sociales et humanitaires. Le CESE signale que l'existence de différentes législations en matière de volontariat dans les différents États membres peut avoir un effet négatif sur l'initiative "Volontaires de l'aide de l'UE". 

Le CESE approuve les points de vue exprimés dans le Consensus européen sur l'aide humanitaire sur les objectifs et les moyens de l'action humanitaire et affirme sa conviction que l'aide humanitaire doit inclure la protection des victimes des crises humanitaires, la préservation de leur dignité et le respect de leurs droits. Le Comité insiste sur le caractère spécifique de l'action bénévole qui ne doit pas être confondue avec d'autres types d'action à caractère professionnel. La participation des volontaires doit toujours se faire sur la base des nécessités et après une analyse et une évaluation de la situation et des besoins des populations touchées par des catastrophes ou des crises complexes.

La proposition de règlement de la Commission souligne la nécessité d'établir des normes pour toutes les étapes du processus de participation des volontaires. Le CESE partage cette préoccupation et suggère de fonder ces normes sur les bonnes pratiques du secteur humanitaire et les initiatives de qualité existantes. Le CESE reconnaît lui aussi la nécessité de progresser vers des dispositifs de certification des organisations qui soient basés sur l'expérience et l'acquis du secteur humanitaire. Les critères de certification, tels que la transparence, l'obligation de rendre des comptes, la libre concurrence et l'égalité des chances doivent également être applicables, moyennant néanmoins une adaptation, aux organisations réceptrices des pays concernés.

Le CESE tient à dire qu'il est convaincu que, parallèlement à une formation à caractère technique et professionnel, il faut inclure ou renforcer une formation aux valeurs, au respect des populations touchées, à la dimension interculturelle, au respect en général et aux aspects psycho-sociaux de l'aide, etc. La participation des entités économiques qui ont engrangé des expériences de volontariat d'entreprise ou autres est un thème à étudier en soulignant le rôle des petites et moyennes entreprises dans ce domaine.