Pour le 7e forum européen sur la migration, les jeunes migrants et réfugiés devraient tous bénéficier de la même aide, quelle que soit leur origine

La société civile organisée et les citoyens européens ont fait preuve d’une solidarité sans précédent avec les réfugiés ukrainiens: ils leur ont ouvert leur foyer, ils les ont aidés à entrer sur le marché du travail et ils ont rapidement intégré les enfants ukrainiens dans les écoles européennes. L’UE devrait à présent tirer les leçons de cette réussite pour aider tous les réfugiés et les migrants, a fait valoir le forum de 2022.

Organisé pour la septième fois par la Commission européenne et le Comité économique et social européen (CESE), le forum européen sur la migration (FEM) s’est employé à donner aux jeunes un rôle dans l’intégration des migrants afin d’en assurer la réussite.

Le FEM, une plateforme de dialogue entre la société civile, les institutions et les pouvoirs publics, s’est attaché à l’éducation et à la formation des jeunes, à la participation et à l’engagement des jeunes réfugiés et migrants dans la société et la vie politique, à la mobilité des jeunes et aux défis et mesures spécifiques liés à l’intégration des jeunes, tout spécialement dans le contexte de la venue d’Ukraine de nombreux jeunes réfugiés.

Christa Schweng, présidente du CESE, a déclaré:Nous savons gré aux États membres et aux organisations de leur société civile et à leurs communautés locales des immenses efforts qu’ils ont déployés pour accueillir et intégrer 7,6 millions de réfugiés ukrainiens, pour la plupart des enfants, des jeunes et des femmes.

La présidente du CESE a toutefois averti que nous ne saurions négliger les migrants et les réfugiés venus d’autres régions du monde. Ils méritent également notre attention.

La présidente du CESE a souligné qu’il importait que les jeunes bénéficient à un stade précoce d’un soutien et d’une orientation appropriés, qu’il s’agisse de l’apprentissage des langues, de l’éducation et de l’assistance sociale, afin de les placer sur un pied d’égalité avec les autres jeunes là où ils se trouvent. Cela leur permettrait de s’épanouir et de déployer leurs talents, et de contribuer ainsi à la société et à la reprise dans l’Union européenne.

Ylva Johansson, commissaire chargée de la migration, des affaires intérieures et de la citoyenneté, a fait valoir: Nous avons voulu encourager la solidarité qu’ont manifestée les citoyens européens à l’égard des réfugiés ukrainiens et prolonger cet élan. Ensemble, nous avons tous œuvré dans un seul but. Ensemble, nous avons surmonté tous les défis.

Grâce aux efforts que les organisations de la société civile et les autorités locales et nationales ont déployés sur le terrain, des millions de réfugiés ukrainiens ont rapidement trouvé un logement au sein des communautés locales. À présent, quelque 670 000 enfants ukrainiens sont scolarisés dans l’Union européenne, et grâce à la prompte reconnaissance de leurs compétences et qualifications, les enseignants ukrainiens peuvent enseigner dans les écoles européennes. À ce jour, au moins 400 000 Ukrainiens ont trouvé un emploi.

En sus de prêter main-forte sur le plan financier et en matière de coordination, la Commission a lancé plusieurs initiatives visant à aider davantage les réfugiés à s’intégrer, telles que l’initiative des logements sûrs et le projet pilote de réservoir de talents, qui vise à faire correspondre les compétences des demandeurs d’emploi et les exigences des emplois vacants. Améliorer l’intégration est aussi l’objectif tant de son plan d’action sur l’intégration et l’inclusion que de son train de mesures sur la migration légale pour attirer les compétences et les talents.

Au cours de ces huit derniers mois, nous avons écrit ensemble une page d’histoire. Nous devons tirer les leçons de cette expérience pour aider tous les réfugiés et les migrants. Nous devons apprendre comment nous pouvons encore améliorer nos systèmes à l’avenir et comment tirer parti de nos actions actuelles pour nous guider et nous aider ainsi à mieux nous préparer aux futures crises migratoires et à l’intégration. Nous devons bâtir une Europe où chacun peut se sentir chez soi, a déclaré la commissaire.

Mme Johansson met en relief l’activation de la directive relative à la protection temporaire, pour la première fois au cours des 20 années de son existence, qui a permis d’accorder un tel degré de protection aux réfugiés ukrainiens. De cette manière, cette directive garantit aux réfugiés les mêmes normes de protection dans tous les États membres, ce qui n’aurait pas été le cas autrement. Toutefois, elle a une date d’expiration et il n’est pas possible de la proroger indéfiniment.

Organisé sur deux journées, les 20 et 21 octobre, le FEM a donné la parole à plus de 120 organisations de la société civile venues de toute l’Union européenne, ainsi qu’à des représentants des collectivités locales et régionales, des États membres et des institutions de l’Union. Le FEM a mis en avant la manière dont la société civile aide les jeunes réfugiés et les personnes issues de l’immigration, également ceux qui viennent de Syrie, d’Afghanistan et de la République démocratique du Congo, grâce à une série d’activités telles que le mentorat et le sport. Le FEM a également accueilli de jeunes dirigeants d’exception venus du monde entier, des Philippines aux Balkans occidentaux, qui ont rappelé à l’assistance l’importance de donner la parole aux jeunes. Le thème et le programme de cette manifestation se fondaient sur les contributions que les organisations de la société civile ont fournies à l’occasion des consultations menées au printemps de 2022.

Le FEM a rassemblé de nombreux débats interactifs organisés en tables rondes et ateliers, qui ont notamment porté sur les jeunes migrants en tant qu’acteurs de l’inclusion des jeunes, les attitudes de la population à l’égard des migrants ainsi que sur la participation des jeunes, l’accès à l’éducation et la mobilité des jeunes. Comme indiqué, ces débats n’ont pas esquivé la question des attitudes de la population à l’égard des migrants. À cet égard, les participants ont fait valoir l’importance de lancer des campagnes porteuses d’espérance, qui s’appuient tant sur des faits et des chiffres que sur les liens émotionnels qui rapprochent les personnes. Cette démarche peut être utile pour aider à faire évoluer les mentalités et à changer les discours qui se fondent souvent sur la peur et des sentiments négatifs.

Éléments de contexte:

Le CESE s’emploie activement à représenter les organisations de la jeunesse et à aider les réfugiés ukrainiens. Ces derniers bénéficient sur le terrain du soutien actif des membres du CESE, par l’intermédiaire de leurs organisations. Le CESE accueille un centre pour la société civile ukrainienne, qui permet à une trentaine de ses représentants de poursuivre leurs travaux. Grâce à la plateforme de la société civile UE-Ukraine, les membres du CESE entretiennent des contacts réguliers avec leurs homologues ukrainiens.

Dans le même temps, le CESE use de toutes ses attributions pour faire à l’avenir des actions et initiatives en cours pour aider les personnes fuyant l’Ukraine, notamment l’activation de la directive relative à la protection temporaire, la norme qui régira l’action de l’Union européenne dans des cas similaires.

Dans le cadre de ses avis et auditions, le CESE plaide en faveur de mesures visant à favoriser la participation des jeunes au marché du travail et à conforter les compétences et les talents de tous les jeunes, y compris les migrants.