Christa Schweng, nouvelle présidente du CESE: «La contribution de la société civile est indispensable pour construire l’Europe de demain sur des bases saines»

This page is also available in

Le Comité économique et social européen (CESE) a clôturé sa session plénière d’octobre, la première de son nouveau mandat, par un débat en ligne sur le thème «La relance pour l’avenir de l’Europe», auquel ont contribué les présidents de toutes les grandes institutions de l’UE. Ils y ont réfléchi au rôle que peut jouer la société civile pour relever les défis auxquels sont confrontés l’Europe et le monde dans son ensemble.

Christa Schweng, la présidente nouvellement élue du CESE, a commencé son discours en déclarant que le Comité joue un rôle essentiel pour faire entendre la voix de la société civile organisée au niveau européen. Les contributions de cette dernière permettent aux politiques européennes de mieux refléter la situation sur le terrain et d’être mises en œuvre plus efficacement au niveau national ou local. Pour Mme Schweng, ce rôle n’est pas simplement positif, il est fondamental: L’expérience pratique des employeurs, des travailleurs, des consommateurs, des agriculteurs et des ONG est indispensable pour construire l’Europe de demain sur des bases saines. Nous faisons office de passerelle: nous devons être à la hauteur de cette mission, et je suis convaincue que nous le pouvons.

La nouvelle présidente du CESE a profité du débat pour présenter les principales priorités de son mandat, y compris la nécessité d’agir immédiatement pour restaurer à la fois la réputation du CESE et la nôtre, et pour rétablir la confiance et notre crédibilité tant à l’extérieur qu’en interne. Nous avons besoin d’un Comité uni et répondant aux normes éthiques et professionnelles les plus strictes, d’un Comité doté d’une excellente image. Mme Schweng a annoncé que le code de conduite des membres et le règlement intérieur du Comité seraient renforcés à cette fin.

Dans une perspective plus globale, Christa Schweng a également insisté sur la nécessité de s’attaquer aux difficultés économiques et sociales résultant de la COVID-19: Plus que jamais, nous devons unir nos forces, développer une vision qui permette à l’Europe de sortir renforcée de la crise de la COVID-19, et faire tout notre possible pour que notre Comité contribue de manière décisive à la reprise et à la résilience future de l’Europe. Elle a également présenté sa vision pour l’Europe de l’après-COVID-19, une Europe prospère sur le plan économique, inclusive sur le plan social et durable sur le plan environnemental, une Europe qui permette à tous les acteurs de la société civile de prospérer et de vivre dans une société ouverte et fondée sur des valeurs.

Christa Schweng a conclu son discours en rappelant que l’on ne saurait évoquer la devise de sa présidence, «Unis pour l’avenir de l’Europe», sans parler de la conférence sur l’avenir de l’Europe. Cette conférence, a-t-elle déclaré, représentera une occasion unique pour la société de l’Union européenne. Je suis fière que la première contribution au débat mené à l'échelle européenne sur l’avenir de l’Europe ait été une résolution adoptée par le CESE en 2017. Mais nous ne nous arrêterons pas en si bon chemin. Je suis convaincue que nous apporterons une précieuse et substantielle contribution à la conférence sur l’avenir de l’Europe, a-t-elle conclu.

Les vice-présidents nouvellement élus du CESE ont également pris part au débat. Giulia Barbucci, vice-présidente chargée du budget, a rappelé que l’UE a fait un travail remarquable pour surmonter la crise actuelle, mais ce qui fait encore défaut, c’est la place centrale à accorder aux citoyens, et le CESE a un rôle majeur à jouer à cet égard. Nous devons convaincre les citoyens que l’UE est un projet positif pour limiter les coûts économiques et sociaux de cette crise. Cillian Lohan, vice-président chargé de la communication, a fait valoir que les membres du CESE ont une perspective unique sur la manière dont l’UE influence le quotidien de différents pans de la société, et d’ajouter: J’ai pu constater, en tant que membre du Comité, que notre travail peut faire bouger les choses.» «Nous construisons le consensus, et c’est cette faculté qui donne du poids à notre travail, a-t-il conclu.

Appui institutionnel

Le président du Parlement européen, David Maria Sassoli, a exprimé sa gratitude pour le soutien apporté par le CESE à différentes initiatives destinées à aider les personnes touchées par la pandémie de COVID-19. Cette crise peut être l’occasion de mettre l’Europe sur la bonne voie et de construire une société plus juste et plus durable, et je suis convaincu que le CESE continuera à représenter les intérêts de nos concitoyens.

Charles Michel, président du Conseil européen, a souligné dans un message vidéo que le CESE, porte-voix d’une société civile européenne forte et dynamique, joue un rôle essentiel en faisant remonter les espoirs et les attentes des citoyens européens auprès des dirigeants de l’UE.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a également contribué au débat au moyen d’un message vidéo, dans lequel elle a mis en exergue le rôle important que doit jouer le CESE en soutenant et assurant une reprise verte, numérique et résiliente. Vous êtes en première ligne pour mesurer l’incidence de cette pandémie; la Commission européenne a besoin de vos conseils et de votre expérience, a-t-elle déclaré.

Apostolos Tzitzikostas, président du Comité européen des régions (CdR), s’est inquiété du manque de ressources dont souffrent les administrations locales et régionales à travers l’Europe et a rappelé que le CESE et le CdR sont des passerelles entre les citoyens et les institutions et promeuvent tous deux une démocratie participative.

La voix des groupes

Les présidents des trois groupes représentés au CESE ont également contribué au débat.

Stefano Mallia, président du groupe des employeurs, a insisté sur le rôle des acteurs économiques: Nous sommes convaincus que les entreprises qui parviendront à affronter et surmonter les difficultés qui nous attendent seront des acteurs clés de la reprise de l’économie de l’Union dans son ensemble. Le groupe des employeurs du CESE plaide donc en faveur d’une Europe qui renforce la compétitivité des entreprises européennes, encourage l’esprit d’entreprise et offre des conditions favorables à l’innovation, à l’investissement, à l’activité économique et, au bout du compte, à la création d’emplois.

Oliver Röpke, président du groupe des travailleurs, a déclaré qu’en ces temps difficiles, les gens ont besoin d'un soutien, d’une voix pour les guider, et je suis persuadé que le CESE peut être cette voix. Mais il a également suggéré que le CESE doit évoluer avec son temps, en travaillant plus étroitement avec les autres institutions et les organisations de la société civile pour accroître au maximum son influence.

Séamus Boland, président du groupe «Diversité Europe», a souligné que seul le soutien de la société civile nous permettra de tirer le meilleur parti des possibilités qu’offre l’Union européenne. J’appelle chacun d’entre nous à utiliser son imagination et son humanité pour améliorer la vie de nos concitoyens, pour rendre possible ce qui pourrait sembler impossible au premier abord. C’est là le rôle de la société civile!

Downloads

Christa Schweng, new President of the EESC: "The input of civil society is a must to shape Europe for the better"