Société civile de Serbie: «C’est notre dernier train pour l’intégration européenne et nous ne devons pas le rater»

Le comité consultatif mixte (CCM) UE-Serbie a tenu sa 14e réunion le 29 novembre 2022 à Belgrade, afin de discuter de l’état d’avancement du processus d’adhésion et des politiques de réforme dans le pays. Les participants issus de Serbie et des institutions de l’Union, ainsi que des organisations de la société civile, ont attiré l’attention sur les préoccupations et les défis qui requièrent encore des améliorations. La déclaration conjointe du CCM UE-Serbie a été adoptée à l’unanimité.

Les deux coprésidents du comité consultatif mixte UE-Serbie, Laurenţiu Plosceanu et Boško Savković, secrétaire général de l’Association des employeurs, ont souligné qu’ une société civile dynamique et saine est un pilier essentiel de toute démocratie saine et se sont dits satisfaits de constater que les autorités de l’UE et de Serbie, en participant à la réunion, montrent qu’elles reconnaissent l’importance de la société civile.

Miroslav Gačević, du ministère serbe de l’intégration européenne, a insisté sur la nécessité d’harmoniser le droit serbe avec l’acquis de l’UE, et a ajouté que le gouvernement accordera la priorité à l’intensification des travaux dans le domaine de l’état de droit, de la réforme de la justice, de la lutte contre la corruption et de la liberté d’expression.

Emanuele Giaufret, chef de la délégation de l’Union européenne en République de Serbie, a fait observer que l’UE est attachée au processus d’adhésion des Balkans occidentaux, mais que les réformes, en particulier en ce qui concerne l’état de droit et l’ensemble des «fondamentaux», sont essentielles. Il a réaffirmé que la société civile de la région joue un rôle crucial et que l’Union européenne continuera à la soutenir.

Le rapport 2022 sur la Serbie a montré des progrès dans certains domaines, peu ou pas de progrès dans d’autres, mais aucun progrès en ce qui concerne la liberté d’expression.

Michael Miller, de la DG Voisinage et négociations d’élargissement de la Commission européenne, a présenté les conclusions et les recommandations du rapport et a souligné que des efforts supplémentaires sont également nécessaires pour assurer une coopération systématique entre le gouvernement et la société civile.

Nikola Burazer, directeur de programme au Centre pour la politique contemporaine et rédacteur en chef à European Western Balkans, s’est penché sur le problème et la question préoccupante de la liberté des médias en Serbie, en insistant sur le fait que sans liberté des médias, il ne saurait y avoir de démocratie.

Points de vue de la société civile sur les défis actuels à relever par la Serbie sur la voie de l’adhésion à l’UE

Les représentants de la société civile et les acteurs sociaux ont réclamé une véritable participation de la société civile aux politiques de réforme et au dialogue social. Ils ont également mis l’accent sur l’application des normes environnementales, une question cruciale dans le pays.

Les autorités serbes devraient mener des réformes dans le cadre de processus ouverts, avec la participation réelle et concrète de la société civile, a affirmé Zlatko Minić, de Transparency Serbia.

Bojana Selaković, coordinatrice de la Convention nationale de Serbie sur l’Union européenne, a insisté sur la nécessité de consulter et d’associer véritablement la société civile à toutes les étapes de la réforme politique. Nous devons revoir notre approche, car concentrer le processus d’adhésion sur la forme plutôt que sur le fond pose de nouveaux défis à la société civile, l’éloigne des citoyens et polarise davantage la population sur des sujets sociétaux importants. Et d’ajouter: C’est notre dernier train pour l’intégration européenne, une véritable occasion de mener à bien les réformes systémiques. Nous ne devons pas le rater.

Jelica Minić, présidente du Mouvement européen en Serbie, a insisté sur le rôle de la coopération entre la société civile et le gouvernement serbe, en mettant l’accent sur le soutien aux entrepreneurs en Serbie. Elle a déclaré: Nous devons fournir de sérieux efforts pour assurer l’égalité de traitement entre les entrepreneurs nationaux et les investisseurs étrangers, ajoutant que le développement économique est une condition préalable à la démocratie.

Les questions environnementales, comptant parmi les principales préoccupations de la Serbie, ont été abordées par Natasa Djereg, du Centre pour l’écologie et le développement durable. La Serbie est submergée par les problèmes environnementaux; il nous faut agir d’urgence pour mieux réglementer les investissements étrangers et nous aligner sur les normes environnementales de l’UE.

Les participants ont pu voir des images provenant de trois sites différents en Serbie, illustrant la situation alarmante dans le pays en ce qui concerne la pollution atmosphérique, l’exploitation minière et les questions environnementales; l’assistance a conclu qu’il était urgent d’agir et d’apporter de l’aide pour atténuer les dommages, inverser la tendance et placer la Serbie sur une trajectoire plus durable.

Igor Bandović, du Centre de Belgrade pour la politique de sécurité, s’est dit préoccupé par la réforme de la police, et a déclaré qu’il fallait garantir une réelle autonomie opérationnelle de la police serbe.

La 14e réunion du CCM UE-Serbie s’est achevée par l’adoption d’une déclaration commune disponible (en anglais) sur la page consacrée à la manifestation.

Work organisation

Downloads

Civil Society in Serbia: "This is our last train to EU integration and we shouldn't miss it"