Session plénière du CESE: Le principal danger pour la transition climatique: attendre qu’il soit trop tard

This page is also available in

Lors de sa session plénière du 24 février dernier, le Comité économique et social européen (CESE) a présenté son avis intitulé «Ajustement à l’objectif 55»: atteindre l’objectif climatique de l’UE à l’horizon 2030 sur la voie de la neutralité climatique. Le CESE a présenté des propositions concrètes pour contribuer à accélérer la transition énergétique afin de permettre à l’UE de réduire ses émissions nettes de gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici à 2030.

Depuis 1880, la température moyenne de la surface de la Terre augmente de 0,07 °C chaque décennie. Autrefois, nous ne savions pas ce qui était à l’origine de cette augmentation. Nous n’avons plus aucune excuse désormais.

Nous ne devons pas sous-estimer les sacrifices que le pacte vert demande pour réduire les émissions afin qu’elles reviennent aux niveaux préindustriels. Stefano Mallia, rapporteur de l’avis du CESE, a affirmé: Nous devons littéralement transformer notre manière de vivre, de travailler, de produire et de consommer, et si l’Europe ne répond pas aux attentes en se positionnant en chef de file, quelqu’un d’autre prendra sa place.

En outre, la réalisation des objectifs révisés pour 2030, tels que proposés dans le paquet «Ajustement à l’objectif 55», aura une incidence inégale sur les régions, les groupes de population et les individus dans toute l’Europe.

Pour répondre à ces préoccupations, le CESE recommande à la Commission européenne de cartographier de manière détaillée les conséquences de la transition sur l’emploi et les compétences dans les différents pays, régions et secteurs, y compris sur les sous-traitants et les chaînes de valeur situées en aval.

La transition rapide vers une économie décarbonée nécessitera de surmonter des défis considérables, en particulier pour ceux qui dépendent le plus des secteurs et des industries à forte intensité de carbone. Cependant, la transition vers une industrie verte créera des opportunités pour les autres.

Il n’existe pas de solution uniforme. Les mesures visant à piloter la transition devront être taillées sur mesure pour tenir compte des différentes réalités dans toute l’Europe, en gardant à l’esprit la nécessité de maintenir des conditions de concurrence équitables et les différents points de départ des États membres. Dans le même temps, nous devons assurer la complémentarité entre les transitions écologique et numérique, ainsi qu’entre les mesures prises dans les domaines du climat, de l’énergie, des transports, de la construction, de l’utilisation des terres et de la foresterie, en insistant sur la nécessité absolue de veiller à la cohérence politique et en reconnaissant la nature interdépendante des crises climatique et de la biodiversité.

Il est de la plus haute importance que des mécanismes de solidarité appropriés soient intelligemment conçus et financés de manière adéquate, avec en ligne de mire une transition socialement équitable, compétitive et verte, a insisté Cillian Lohan, rapporteur de l’avis.

Ne laisser personne de côté signifie aussi inclure tout le monde

Pour assurer une transition vers la neutralité climatique qui ne laisse personne de côté, il y a également lieu d’inclure tout le monde et, surtout, de permettre aux parties prenantes de s’approprier le processus. Les partenaires sociaux et les principales organisations de la société civile ont un rôle essentiel à jouer, et il convient de les associer aux phases de planification et de mise en œuvre du paquet «Ajustement à l’objectif 55».

C’est pourquoi le CESE encourage la création de commissions tripartites chargées de la transition juste, afin de permettre aux collectivités territoriales, aux partenaires sociaux et aux organisations de la société civile de participer à la mise en œuvre des plans nationaux et régionaux de transition juste, a indiqué M. Lohan.

Les institutions européennes devraient également élaborer des propositions supplémentaires destinées à mobiliser d’importants investissements publics et privés aux niveaux européen et national, afin de soutenir la transition dans les secteurs et les régions qui devront subir une transformation radicale. Le Fonds pour une transition juste est un pas dans la bonne direction, mais son ampleur et son champ d’application devraient être considérablement élargis pour répondre aux besoins massifs d’investissements à faible intensité de carbone.

Pour lutter contre le changement climatique, des mesures considérables seront nécessaires sur les plans financier, social et environnemental. C’est pourquoi nous devons veiller à ce que le paquet “Ajustement à l’objectif 55” soit un puissant tremplin plutôt qu’une pierre d’achoppement sur la voie vers une économie européenne à zéro émission nette d’ici à 2050, a ajouté M. Mallia.

Un modèle qui mène à la prospérité économique

Nous devons adopter un modèle qui nous amène vers une économique prospère, durable et compétitive. C’est la raison pour laquelle le CESE recommande que toutes les propositions législatives présentées dans le cadre du paquet «Ajustement à l’objectif 55» fassent l’objet d’un contrôle de compétitivité qui permettra de bien comprendre toutes les implications de ces législations pour les entreprises.

Si nous voulons que l’Union européenne soit pionnière et inspire le reste du monde, nous devons nous efforcer de créer le plus performant des modèles, qui soit également juste et durable d’un point de vue économique, social et environnemental.

À l’heure actuelle, l’Union n’est responsable que de 6,4 % des émissions mondiales, contre 27 % pour la Chine et 11 % pour les États-Unis. Les émissions de la Russie sont quant à elles en augmentation. La Chine s’est fixé pour objectif de parvenir à la neutralité carbone d’ici 2060, et l’Inde a placé sa date butoir encore plus loin, en 2070.

Il est essentiel, aujourd’hui plus que jamais, de renforcer l’indépendance énergétique de l’Europe.

La diplomatie climatique de l’UE jouera un rôle important dans la promotion de l’approche européenne, car l’Europe ne peut pas y parvenir seule.

See also