Volet extérieur de la politique européenne – La politique commerciale de l'EU prend-elle correctement en compte les intérêts de l'industrie européenne?

This page is also available in

Volet extérieur de la politique européenne – La politique commerciale de l'EU prend-elle correctement en compte les intérêts de l'industrie européenne?

Le Comité demande instamment à l'UE d'adopter une démarche concertée et cohérente en ce qui concerne la dimension extérieure de sa stratégie intégrée de politique industrielle, afin de pouvoir jouer un rôle moteur dans les échanges commerciaux et de suivre une orientation commune dans les accords commerciaux multilatéraux et bilatéraux.

Le CESE juge indispensable d'instaurer des règles du jeu égales pour tous les acteurs.

Le Comité estime nécessaire:

• d'établir un cadre commun de "gouvernance européenne renforcée" permettant d'exploiter le potentiel du marché unique en vue de la relance de l'industrie européenne sur la scène internationale;
• de parler d'une seule voix au niveau mondial;
• de veiller à ce que les États membres affichent une attitude cohérente.

Il est dans l'intérêt des entreprises européennes que les accords et les contacts bilatéraux leur assurent une protection claire et transparente et prévoient: des dispositions sociales respectueuses des travailleurs, conformes aux conventions internationales; des dispositions en matière de protection de l'environnement; des restrictions à l'exploitation des ressources environnementales; des normes en matière d'économie d'énergie et de lutte contre le changement climatique; l'utilisation généralisée des labels écologiques; une culture de la certification Emas; le respect des normes techniques et réglementaires; la protection de la propriété industrielle et intellectuelle; certains instruments efficaces pour la protection commerciale et l'accès aux marchés et aux matières premières stratégiques, permettant de répondre aux préoccupations exprimées par la société civile, des deux côtés, en ce qui concerne la gestion des ressources; des initiatives visant à faciliter l'activité des PME dans les pays tiers; des systèmes de dialogue social et de vérification par la société civile, notamment par le biais d'études d'impact ex ante et ex post; un niveau élevé de protection des consommateurs.