Vers un accord d'association UE-Mercosur

This page is also available in

Vers un accord d'association UE-Mercosur

La reprise des négociations en vue d'aboutir à un accord d'association entre l'UE et le Mercosur a conduit à une réévaluation des relations entre les deux régions et à la présentation des positions de la société civile organisée sur cet accord.

 

La conclusion de l'accord entraînerait la création du deuxième bloc commercial le plus important au monde, avec un PIB d'environ 9 milliards d'euros et une population de 700 millions de personnes. Le CESE considère que la conclusion dudit accord offrirait des possibilités considérables et aurait des répercussions bénéfiques pour les deux parties, dans un contexte mondial marqué par de profonds changements quant aux acteurs dominants et des défis de type géostratégique, environnemental, social, énergétique, appelant de toute urgence des réformes de notre modèle de développement.

 

Cet accord permettrait à l'UE de consolider sa position commerciale dans la région, compte tenu de la présence croissante de la Chine et d'autres pays asiatiques sur le marché latino-américain.

 

Tout comme son homologue de la société civile du Mercosur, le Forum consultatif économique et social du Mercosur (FCES), le CESE a toujours soutenu les négociations devant aboutir à cet accord, considéré comme un instrument pour faciliter l'intégration régionale et la cohésion sociale au sein du Mercosur (partenaire qui partage des valeurs communes au plan mondial) et encourager le commerce entre les deux parties.

 

Le CESE estime qu'un tel accord doit être équilibré et profiter aux deux parties sans sacrifier aucun secteur, aucune région, ni aucun pays. Cet impératif exige d'avoir recours à toutes les formules et mécanismes qui peuvent être utilisés à cette fin: clauses compensatoires, transitoires, exceptions, promotion des investissements, développement, etc. Le CESE invite en outre les parties à la négociation à évaluer les coûts considérables qui résulteraient de l'absence d'un tel accord, au plan politique et économique et sur celui des perspectives.

 

L'avis souligne que l'accord d'association doit être ambitieux et couvrir tous les aspects des relations entre l'UE et le Mercosur. Les dimensions sociale et environnementale et celle de l'emploi devraient sous-tendre l'ensemble de cet accord afin de promouvoir le développement durable des deux régions.

 

Le CESE demande que le Forum consultatif économique et social du Mercosur (FCES) et le CESE lui-même, en tant qu'organismes représentatifs de la société civile des deux régions, soient associés au déroulement des négociations, aux évaluations d'impact de l'accord d'association et aux propositions qui en découleront.