Un nouveau pacte sur la migration et l’asile

Points clés

Le CESE:

  • souligne que l’Union européenne doit trouver le juste équilibre entre une gestion des migrations efficace et réaliste qui soit humaine et durable, tout en garantissant la sécurité et le contrôle de ses frontières extérieures. Elle doit envoyer un message clair aux Européens pour leur signifier que la migration peut être mieux gérée lorsqu’elle l’est collectivement;
  • note que les propositions qui accompagnent le pacte sont importantes mais insuffisantes pour l’élaboration d’un cadre européen commun pour la gestion des migrations qui serait à la fois efficace et conforme aux valeurs et aux objectifs de l’UE;
  • regrette que ce pacte consacre la plupart de ses propositions à la gestion des frontières extérieures et au retour, sans accorder l’attention qui s’impose aux voies régulières d’immigration, aux voies d’accès sûres pour l’asile ou à l’inclusion et à l’intégration des ressortissants de pays tiers dans l’UE;
  • déplore le fait que le pacte sur la migration et l’asile ne fasse pas référence au pacte mondial des Nations unies pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, qui constitue un précédent, au niveau multilatéral, de proposition de gestion des migrations internationales;
  • note que le pacte souligne à juste titre les incohérences entre les régimes d’asile et de retour des différents États membres et insiste sur la nécessité de renforcer la solidarité. Toutefois, il n’est pas certain que le principe de solidarité volontaire et ciblée contribuera à relever les principaux défis qui se posent en matière de coordination. Il n’est pas fait mention des incitations pour les États membres à participer à ce mécanisme, en particulier à la suite du refus de certains d’entre eux de participer au programme de relocalisation précédent;
  • se félicite des initiatives de sauvetage en mer qui visent véritablement à sauver des vies. Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour empêcher la criminalisation des acteurs humanitaires qui mènent des opérations de recherche et de sauvetage au plus haut point nécessaires;
  • se félicite de la mise en place de voies d’accès sûres et légales au territoire européen, en particulier au moyen de programmes de réinstallation et de programmes financés par les communautés, mais estime que ces voies ne s’adressent qu’à un profil spécifique de personnes et ne permettent pas de répondre de manière globale, efficace et sûre au besoin de canaux d’immigration réguliers vers l’UE;
  • attend avec intérêt le développement du plan d’action en faveur de l’intégration et de l’inclusion pour la période 2021-2027. Le CESE regrette que cette question, qui est essentielle à la coexistence dans nos sociétés, fasse l’objet de si peu d’attention dans le pacte sur la migration et l’asile.

Dans cet avis, le CESE souligne que l’UE doit trouver le juste équilibre entre une gestion des migrations efficace et réaliste qui soit humaine et durable, tout en garantissant la sécurité et le contrôle de ses frontières extérieures. Elle doit envoyer un message clair que la migration peut être mieux gérée lorsqu’elle l’est collectivement. Il note que les propositions qui accompagnent le pacte sont importantes mais insuffisantes pour l’élaboration d’un cadre européen commun pour la gestion des migrations qui serait à la fois efficace et conforme aux valeurs et aux objectifs de l’UE.