Stratégie de l’Union européenne relative aux droits de l’enfant /garantie pour l’enfance

This page is also available in

Avis du CESE: Stratégie de l’Union européenne relative aux droits de l’enfant /garantie pour l’enfance

Points clés

Le CESE:

  • accueille favorablement la stratégie sur les droits de l’enfant et la garantie pour l’enfance, et estime que leur mise en œuvre appuiera les efforts déployés aux niveaux européen et national pour promouvoir le bien-être des enfants et réduire leur pauvreté;
  • est d’avis qu’une approche européenne coordonnée reposant sur des cadres stratégique et juridique solides est essentielle pour briser le cycle intergénérationnel de l’inégalité, et souligne la nécessité d’intégrer les droits de l’enfant dans l’élaboration des politiques;
  • indique qu’il convient de soutenir les parents et les personnes qui s’occupent des enfants par un éventail d’actions, visant notamment à garantir un revenu adéquat et un équilibre entre vie professionnelle et vie privée; estime que pour remédier au problème de la vulnérabilité des enfants, il faut impérativement se préoccuper de celle de leur famille, et que les investissements en faveur des enfants et de leurs familles devraient constituer une priorité, tandis qu’un soutien de haute qualité devrait être apporté pour aider les familles à élever leurs enfants au moyen de compétences parentales positives;
  • plaide pour que la société civile organisée, les organisations de défense des droits de l’enfant et les organisations familiales, entre autres parties prenantes, soient consultées et associées à l’élaboration des plans d’action nationaux et à leurs mécanismes de suivi. Les plans d’action nationaux devraient comprendre des données transparentes sur l’utilisation des fonds nationaux et de l’Union, ainsi qu’un calendrier des activités;
  • recommande à tous les États membres de consacrer au minimum 5 % des fonds du FSE+ à sortir les enfants de la pauvreté; en outre, ils devraient garantir le plein accès aux structures d’éducation et d’accueil de la petite enfance, à la scolarisation et aux activités périscolaires ainsi qu’aux soins de santé, ou accorder ces services gratuitement;
  • fait valoir la nécessité de renforcer les capacités des enfants aussi bien que des adultes, y compris au travers d’activités non formelles menées par des acteurs de la société civile, afin de favoriser la participation des enfants et de faire entendre leur voix et leurs revendications.
  • considère que les systèmes intégrés de protection de l’enfant proposés dans la stratégie devraient être assortis de mesures visant à prévenir tous les types de violence à l’égard des enfants; souligne la nécessité d’un plan associant tous les niveaux de gouvernance pour combattre et prévenir la violence envers les enfants;
  • se félicite que la garantie pour l’enfance mette l’accent sur la pauvreté, la privation, la discrimination et l’exclusion des enfants, et il encourage les États membres à fixer des objectifs qualitatifs et quantitatifs dans leurs plans d’action relatifs à la garantie pour l’enfance;
  • estime que la lutte contre la pauvreté des enfants et des familles au titre de la garantie pour l’enfance va également de pair avec la lutte contre la privation numérique, et salue la proposition de désigner des coordonnateurs nationaux de la garantie pour l’enfance, qui coordonneront et suivront la mise en œuvre de la garantie.