Sortir plus forts de la pandémie: agir sur la base des premiers enseignements tirés

This page is also available in

Avis du CESE: Sortir plus forts de la pandémie: agir sur la base des premiers enseignements tirés

Points clés

  • se félicite de la démarche de l’Union européenne et de ses institutions lorsqu’elles ont entrepris, au cours de la pandémie, d’évaluer en permanence les processus, mais déplore que parmi les dix enseignements importants de la pandémie, il ne soit mentionné que brièvement les «conséquences inégales de la crise, les groupes vulnérables étant les plus durement touchés», notamment les petites et moyennes entreprises;
  • approuve les plans de l’Union européenne visant à établir à son niveau un cadre pour un état d’urgence en cas de pandémie et des normes de réponse aux situations de crise et réclame un haut degré de coordination et de transparence de toutes les procédures, tout particulièrement lorsque les administrations publiques, à l’échelon de l’Union et de ses États membres, doivent agir et décider promptement;
  • constate que des programmes sont nécessaires afin que même en cas de crise sanitaire, l’accès à ces soins préventifs et rééducatifs soit préservé. Par conséquent, les dispositions d’urgence prises en réaction à une pandémie devraient à l’avenir être dimensionnées de manière à éviter que dans de telles situations, l’état général de la santé au sein de la société ne se détériore;
  • estime que l’Union européenne devrait continuer de réagir à la crise de manière cohérente et globale, tout particulièrement grâce au mécanisme pour un accès mondial aux vaccins contre la COVID-19 (COVAX) et grâce au centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), tout comme à d’éventuels nouveaux médicaments et traitements, ainsi que de renforcer et de soutenir les structures mondiales de sécurité sanitaire. Il s’agit notamment de renforcer le rôle qu’elle joue au sein de l’Organisation mondiale de la santé;
  • estime qu’il convient de rendre les dispositifs de politique sociale plus adaptés et inclusifs, afin d’aider les personnes qui sont marginalisées et vivent des situations de très grande détresse;
  • soutient les mesures prises à l’échelle de l’Union européenne et de ses États membres pour favoriser la coopération entre les systèmes de santé dans le respect de valeurs de l’Union, telles que la dignité et la concurrence loyale, ainsi que pour viser à la convergence vers le haut des systèmes sanitaires et sociaux;
  • souligne combien il importe de passer de mesures d’urgence à des investissements productifs pour une reprise inclusive et durable à moyen et long terme, également afin de parer au danger que les politiques budgétaires et monétaires pourraient être mises à mal par de forts risques d’inflation, susceptibles de conduire à une stagflation;
  • se félicite des efforts que la Commission européenne déploie pour appuyer les campagnes nationales d’éducation aux médias en coopération avec l’Observatoire européen des médias numériques, ainsi qu’avec le groupe d’experts sur l’éducation aux médias, contribuant ainsi à lutter plus avant contre la désinformation, y compris celle touchant à la vaccination, qui suscite des craintes infondées et cause de graves dommages;
  • soutient les efforts qui tendent à renforcer la coopération entre les nations et à affirmer le pouvoir de l’Europe au sein des institutions internationales; fait valoir que tout affaiblissement de la position et de l’engagement de l’Union dans ces enceintes laisse le champ libre à des pays tiers pour agir à l’encontre des valeurs qu’elle défend.