Révision de la directive 96/53/CE relative aux dimensions et poids

EESC opinion: Révision de la directive 96/53/CE relative aux dimensions et poids

Points clés

Le CESE:

  • soutient la proposition d’autoriser, pour les seuls camions zéro-émissions (ZE), un poids supplémentaire, de 4 tonnes au maximum, mais réclame qu’après son adoption, la mesure soit soumise à un dispositif de contrôle sévère, prévoyant notamment que si elle ne parvient pas à produire l’effet désiré, un changement de politique intervienne sur-le-champ. Le CESE constate toutefois avec inquiétude que la mise en œuvre de cette directive est susceptible de provoquer un transfert modal à rebours. La mise en place d’un cadre équitable pour tous les modes de transport constitue la seule voie possible pour garantir une capacité suffisante en la matière. Il n’en est pas moins possible de continuer à encourager l’objectif d’écologiser à long terme les transports commerciaux par la route;
  • souligne que des investissements substantiels et de vastes travaux d’adaptation des infrastructures seront nécessaires pour absorber l’augmentation des volumes de trafic et, dans le même temps, préserver les normes de sécurité actuelles et construire les installations de recharge indispensables pour les véhicules zéro-émissions;
  • ne considère pas qu’il soit judicieux de faciliter les trajets transfrontières effectués par des combinaisons du système modulaire européen qui utilisent des carburants fossiles, car une telle démarche affaiblirait les objectifs que la proposition poursuit dans le domaine climatique. Le CESE souligne qu’il est nécessaire de mettre en œuvre des mesures particulières pour garantir que toutes les combinaisons transfrontières du système modulaire européen atteignent finalement le zéro-émissions et évitent autant que possible d’emprunter les voiries sur lesquelles elles poseraient un risque pour les cyclistes et les piétons;
  • salue les efforts que la Commission déploie pour encourager des approches administratives et technologiques qui allègent les lourdeurs bureaucratiques du franchissement des frontières nationales au sein de l’Union européenne.