Relations UE-Maroc

This page is also available in

Relations UE-Maroc

Cet avis d'initiative a été élaboré dans l'intention de le présenter aux participants au sommet UE-Maroc qui se tiendra lors de la présidence espagnole du Conseil en 2010.  Il fait le bilan des relations UE-Maroc dans le contexte de l'accès de ce pays à un "statut avancé" dans le cadre du processus de développement en relation avec l'UE.

 

Le CESE apprécie à leur juste valeur, parmi les travaux du Maroc en vue d'accéder au "statut avancé", les efforts que ce pays fournit pour demeurer l'un des partenaires les plus importants de l'UE dans la région.

 

Le Comité salue l'accord du gouvernement du Maroc, s'agissant d'intégrer l'acquis communautaire dans sa législation, alors qu'il n'est pas un État membre de l'UE.

 

Le Comité estime que l'UE n'a pas encore suffisamment exploité toutes les potentialités de la relation avec le Maroc, dans toutes leurs facettes.  Ainsi, il est d'avis qu'une impulsion doit être donnée aux réformes visant à ouvrir de nouveaux secteurs au commerce des services et à l'investissement. Il y a lieu d'encourager l'implantation d'entreprises de part et d'autre, en facilitant les rapports institutionnels, en créant un climat favorable à l'entrepreneuriat et en promouvant les espaces de rencontre, ainsi que de renforcer la coopération bilatérale dans des initiatives extérieures d'intérêt commun, notamment avec les autres pays de l'espace méditerranéen, en vue d'une meilleure intégration régionale, sur les plans économique, social et environnemental.

 

De même, il est primordial de faire participer la société civile à la réalisation de ces missions. Dans ce contexte, le Comité est un fervent défenseur de la création d'un Conseil économique et social consultatif au Maroc afin de renforcer le caractère effectif d'une concertation fondée sur les principes de représentativité et d'indépendance.