Protocole de Paris – Programme de lutte contre le changement climatique planétaire après 2020

This page is also available in

Avis du CESE: Protocole de Paris – Programme de lutte contre le changement climatique planétaire après 2020

Contexte

À la fin de l'année 2015, un accord contraignant à l'échelle mondiale sur la protection du climat devrait être adopté lors de la 21e conférence des Parties (COP 21) à la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC) à Paris. À ce titre, les pays doivent s'engager à mettre en œuvre une réduction des émissions et des stratégies d'adaptation, afin d'empêcher l'humanité de basculer dans la zone de danger du changement climatique. Le CESE, et plus particulièrement l'Observatoire du développement durable, se montrent actifs dans le domaine du changement climatique en suivant les négociations mondiales sur le climat, en organisant des débats et en développant des partenariats à l'échelle mondiale à travers des manifestations parallèles et des réunions bilatérales.

Il est évident que les décisions nécessaires à la protection du climat et, partant, à la protection des générations futures, nécessitent une large adhésion sociale. Toutefois, il apparaît clairement qu'en l'absence de «pression» de la société civile, les décisions appropriées ont peu de chances d'être adoptées.

Le présent avis présentera une synthèse des positions prises par le CESE à ce jour et des déclarations claires qui indiquent ce qu'attend la société civile européenne de la conférence des Parties et de la position de négociation des institutions de l'UE. En outre, l'avis fournira des pistes sur la façon dont le CESE peut contribuer aux préparatifs et à la conférence proprement dite, souhaite le faire et le fera effectivement, et ce en collaboration avec les acteurs européens mais aussi ses organisations partenaires au niveau international. L'accent sera mis sur une question devant être traitée d'urgence, à savoir la manière dont les négociations sur le climat peuvent être rendues plus compréhensibles pour les citoyens et mises davantage à leur portée. Enfin, l'avis devrait adresser un signal positif aux responsables politiques et à la société civile, montrant qu'une politique climatique cohérente, associée au processus pour l'après 2015, peut avoir des résultats économiques positifs en Europe et dans le monde.