Proposition de recommandation du Conseil relative au renforcement de la coopération contre les maladies à prévention vaccinale

This page is also available in

Avis du CESE: Proposition de recommandation du Conseil relative au renforcement de la coopération contre les maladies à prévention vaccinale

Points clés

  • Le CESE soutient la proposition de la Commission visant à un renforcement de la coopération contre les maladies à prévention vaccinale, s’agissant d’une réaction rapide aux menaces sanitaires urgentes auxquelles l’Union européenne est actuellement confrontée, à savoir la réticence à la vaccination, la diminution de la couverture vaccinale, les épidémies sans précédent de maladies à prévention vaccinale, les divergences entre les programmes nationaux de vaccination et les pénuries de vaccins.
  • Le CESE invite la Commission à attirer l’attention sur l’importance de la vaccination. Tous les canaux de communication, y compris les médias classiques et les médias sociaux, devraient être utilisés pour fournir des informations accessibles et fondées sur des données scientifiques aux citoyens et aux organisations. L’Union doit également s’employer à augmenter les connaissances des Européens en matière de vaccins grâce à une meilleure maîtrise des outils numériques de santé.
  • Le CESE invite les États membres à mettre en place des mesures visant à protéger les professionnels de la santé contre l’exposition à un large éventail de maladies. Il convient pour ce faire de garantir une mise en œuvre pleine et effective de la directive 2000/54/CE.
  • Le CESE recommande également aux États membres de redoubler d’efforts pour atteindre les groupes de population les plus vulnérables tels que les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, les groupes minoritaires et les personnes qui se trouvent dans des conditions sanitaires particulières. Les difficultés auxquelles les États membres sont actuellement confrontés vont de la réticence à la vaccination aux changements démographiques liés au vieillissement de la population et à l’augmentation de la circulation des personnes, des phénomènes qui ont une incidence sur les risques d’exposition à des agents pathogènes dans l’ensemble de l’Union. Le CESE appelle les États membres à partager les bonnes pratiques et le savoir-faire dont ils disposent en vue de relever ces enjeux.