Prochaines étapes pour un avenir européen durable

This page is also available in

Avis du CESE: Prochaines étapes pour un avenir européen durable

Contexte

La communication de la Commission sur les Prochaines étapes pour un avenir européen durable, adopté le 22 novembre 2016, définit une approche stratégique européenne pour la mise en œuvre du Programme des Nations unies sur le développement durable à l’horizon 2030 (Programme 2030) et sur la réalisation des objectifs mondiaux de développement durable à l’horizon 2030. Cette approche s’articule autour de deux axes de travail: le premier porte sur l’intégration des objectifs de développement durable au cadre d’action européen, et en particulier aux dix priorités de travail et aux priorités actuelles de la Commission; le second suppose le lancement d’un processus de réflexion sur le développement de notre vision à long terme, et la définition de politiques sectorielles prioritaires après 2020. En outre, la communication fournit des informations sur la manière dont le programme 2030 s’insère dans la politique extérieure de l’Union européenne et ses politiques de développement. Enfin, elle décrit la façon dont l’Union européenne poursuivra la mise en œuvre du programme 2030 en matière de gouvernance, de financement, de suivi et de partage des responsabilités avec la société civile.

Avis précédents pertinents

Rapports

Points clés

  • Le CESE est déçu par la communication sur les «Prochaines étapes pour un avenir européen durable», car celle-ci donne l’impression que l’ensemble des principaux objectifs et exigences du programme des Nations unies pour le développement durable à l’horizon 2030 ont déjà été traités et pris en compte par les politiques actuelles de l’Union européenne. La communication n’introduit pas dans ces politiques le changement de paradigme induit par le programme à l’horizon 2030 en vue d’évoluer vers un nouveau modèle de développement qui soit plus durable sur le plan économique, plus porté sur l’intégration sociale et davantage viable à long terme du point de vue environnemental. Le CESE estime que l’Union n’assume pas suffisamment son rôle de chef de file dans les faits, dans la mesure où elle s’est abstenue de présenter une feuille de route ambitieuse pour ses actions destinées à mettre en œuvre les ODD d’ici 2030, pas plus qu’elle n’a démontré sa volonté de revoir d’un œil critique ses politiques actuelles et de les modifier.
  • Le CESE insiste sur la nécessité de compléter l’inventaire des politiques de l’Union contribuant aux ODD par une analyse approfondie des lacunes réelles actuellement constatées en ce qui concerne la mise en œuvre de ces objectifs en Europe. Seul un examen objectif permettra à l’Union de définir les domaines devant faire l’objet d’une action préalable et de procéder à un examen critique de l’efficacité des politiques actuelles de l’Union s’agissant de la mise en œuvre des ODD.
  • Le CESE se félicite de la décision de la Commission de créer une plateforme pluripartite pour la mise en œuvre des ODD dans l’Union. Le CESE soutiendra les travaux de la plateforme en désignant un de ses membres pour y représenter le CESE et apporter son expertise, ainsi qu’en facilitant les contacts avec la société civile et en contribuant à d’autres activités.