Plan d’action en faveur de l’intégration et de l’inclusion pour la période 2021-2027

EESC opinion: Plan d’action en faveur de l’intégration et de l’inclusion pour la période 2021-2027

Points clés

Le CESE:

  • souligne que le champ d’application du plan d’action en faveur de l’intégration et de l’inclusion pour la période 2021-2027 (ci-après le «plan d’action») est plus étendu que celui du plan précédent: contrairement à son prédécesseur, qui datait de 2016, le nouveau plan d’action porte non seulement sur les migrants, mais aussi sur les citoyens de l’UE «issus de l’immigration»;
  • reconnaît que le plan d’action aborde tous les domaines d’action politique essentiels à l’intégration socio-économique et politique des migrants nouvellement arrivés, et il donne un aperçu de la liste des initiatives européennes dans différents domaines pouvant avoir une incidence sur la migration et l’intégration;
  • souscrit aux objectifs que propose le plan d’action dans des domaines sectoriels clés. Cependant, il s’agit là d’exemples de mesures possibles plutôt que d’objectifs mesurables;
  • indique que les outils d’intégration et d’inclusion mentionnés dans le plan d’action sont pour l’essentiel entre les mains des autorités nationales, régionales et locales. L’action à l’échelle de l’Union européenne est complémentaire et conçue pour promouvoir, faciliter et coordonner la coopération. Le plan d’action ne comporte pas d’objectifs globaux ou spécifiques pour les États membres, mais uniquement des recommandations;
  • fait observer que les véritables défis résident dans la mise en œuvre de ces politiques;
  • encourage la Commission à instaurer un suivi continu de la mise en œuvre du plan d’action;
  • souligne que la valeur du travail en général devrait constituer un fil conducteur du plan d’action, étant donné que le travail, sous toutes ses différentes formes, est un élément fondamental de l’intégration et du développement personnel;
  • suggère à la Commission de faciliter l’accès au financement en faveur de l’inclusion et de l’intégration des migrants, par exemple en créant un instrument spécialement consacré à l’intégration;
  • craint que les financements destinés à l’intégration ne rétrogradent progressivement sur la liste des priorités;
  • insiste sur le rôle important que joue la société civile en général pour l’intégration au sein du mode de vie local, ainsi que sur le rôle spécifique des organisations syndicales et patronales.