Plan d’action contre la désinformation

This page is also available in

Avis du CESE: Plan d’action contre la désinformation

Points clés:

 

  • Le CESE prend bonne note de la définition de la désinformation contenue dans l’initiative, à savoir des informations dont on peut vérifier qu’elles sont fausses ou trompeuses, qui constituent une menace pour la démocratie et causent un préjudice public. La diffusion de la désinformation relève aujourd’hui d’une guerre hybride et s’inscrit dans un objectif politique clair. Le Comité tient toutefois à souligner également qu’outre les fausses informations, les informations hautement sélectives, la diffamation, les propos alarmistes et l’incitation à la haine s’attaquent aux droits (et libertés) fondamentaux des citoyens et aux droits des minorités.
  • Des actions multiples de la part de tous les acteurs concernés sont nécessaires pour fournir des informations de qualité et sensibiliser la population. À cet égard, le CESE se félicite de l’initiative au service d’une action coordonnée visant à protéger l’Union européenne, ses institutions et ses citoyens contre la désinformation. S’il insiste sur l’urgence de telles mesures, il craint également que ce plan d’action n’ait qu’une incidence limitée étant donné l’imminence des élections européennes de mai 2019.
  • Le renforcement de la résilience implique d’associer tous les secteurs de la société, et notamment d’améliorer l’éducation des citoyens aux médias. Les actions de sensibilisation et d’éveil à la pensée critique commencent dès l’école et doivent se répéter régulièrement, tout au long de la vie. Elles nécessitent un financement approprié, dès maintenant et dans le nouveau cadre financier pluriannuel.
  • Le CESE accueille favorablement le code de bonnes pratiques, qui est un engagement volontaire des plateformes de médias sociaux et des annonceurs à lutter contre la désinformation, tout en émettant des doutes quant à l’efficacité de telles actions volontaires. La Commission est instamment invitée à proposer de nouvelles actions, y compris de nature réglementaire, telles que des sanctions, si la mise en œuvre du code de bonnes pratiques est toujours insatisfaisante.