L’identité numérique, la souveraineté en matière de données et la voie vers une transition numérique équitable pour les citoyens vivant dans la société de l’information

EESC opinion: L’identité numérique, la souveraineté en matière de données et la voie vers une transition numérique équitable pour les citoyens vivant dans la société de l’information

Points clés 

 

  • Les citoyens européens s’intéressent à la mise en œuvre des solutions technologiques numériques en vue d’une simplification des procédures administratives nécessaires dans leurs rapports avec les autorités ou dans la vie quotidienne de la société. Une population disposant d’une culture numérique peut bénéficier, grâce à l’identité numérique, d’un accès simplifié aux services fournis par les pouvoirs publics ou l’environnement des entreprises.
  • Depuis l’entrée en vigueur de la partie du règlement (UE) nº 910/2014 relative à l’identification électronique, en septembre 2018, seuls 14 États membres ont notifié l’existence d’au moins un système d’identification électronique. En conséquence, seuls 59 % des résidents de l’Union européenne ont accès à des systèmes d’identification électronique sûrs et fiables par-delà les frontières. Seuls sept de ces systèmes sont entièrement mobiles, répondant aux attentes actuelles des utilisateurs.
  • Les avantages de la numérisation sont évidents, mais la mise en œuvre rapide des systèmes numériques et le fait de subordonner l’accès des citoyens à certains services d’intérêt général à l’existence d’une identité numérique pourraient, dans la pratique, conduire à ce qu’un nombre important de citoyens européens se voient refuser le droit d’accéder à ces services.