L’évolution du monde du travail, la longévité et le vieillissement de la population: les conditions nécessaires au maintien d’une activité professionnelle pour les travailleurs plus âgés dans le nouveau monde du travail

This page is also available in

Avis du CESE: L’évolution du monde du travail, la longévité et le vieillissement de la population: les conditions nécessaires au maintien d’une activité professionnelle pour les travailleurs plus âgés dans le nouveau monde du travail

Dans cet avis, le CESE constate que les mesures prises par les États membres de l'UE pour relever le défi du vieillissement de la population active restent isolées et que leur impact n'a pas été mesuré. C'est pourquoi le CESE souligne la nécessité de stratégies globales pour relever les défis démographiques et de l'emploi d'une manière holistique.

Le Comité émet également des recommandations concrètes pour encourager l'allongement de la vie active :

  • Renforcer le dialogue social et la participation de toutes les parties prenantes à l'élaboration de stratégies intégrées et de politiques nationales pour le vieillissement actif ;
  • Développer l'emploi et les compétences par l'apprentissage tout au long de la vie ;
  • Promouvoir des carrières dynamiques et un travail dynamique ;
  • Stimuler l'entrepreneuriat chez les séniors ;
  • Lutter contre tous les types de discrimination, en particulier la discrimination fondée sur l'âge et le sexe ;
  • Mettre en œuvre des initiatives de transfert et de partage des connaissances ;
  • Mettre en œuvre des modalités de travail souples et de meilleures conditions de travail ;
  • Promouvoir la solidarité entre les générations et changer les attitudes à l'égard du vieillissement.

Pour en savoir plus, veuillez cliquer sur l'un des liens ci-dessus.


Points clés

Le CESE se félicite que la présidence finlandaise accorde un caractère prioritaire à l’économie du bien-être, notamment pour les catégories le plus âgées, et considère qu’il s’agit là d’une avancée qui va dans le sens d’un meilleur équilibre entre les évolutions démographiques, le marché du travail et la société.

  • Les États membres ont pris conscience de la question du vieillissement de la population et, au cours des dernières années, ils ont adopté certaines mesures, mais celles-ci semblent isolées et leur effet n’a pas été mesuré. En outre, l’impact des avancées technologiques et l’évolution de la nature du travail rendent la question plus complexe.
  • Les partenaires sociaux, en coopération avec les pouvoirs publics, jouent un rôle essentiel pour faciliter la mise en œuvre de mesures à différents niveaux. La société civile et les partenaires sociaux européens devraient jouer un rôle important pour encourager un prolongement de la vie active.
  • Une action politique et un financement au niveau de l’Union européenne pourraient aider à surmonter ces obstacles, mais il conviendra de tenir compte des différences entre pays en matière de démographie, d’économie, d’emploi et de conditions de travail. Les États membres devraient recourir aux fonds européens pour financer des mesures, tandis que la responsabilité de soutenir l’allongement de la vie active devrait être partagée entre les pouvoirs publics, les entreprises et les citoyens.
  • Des stratégies globales axées sur l’élaboration de politiques nationales en faveur du vieillissement actif s’imposent, parce que les problèmes liés à la démographie et à l’emploi ne peuvent être traités que de manière globale. Les recommandations spécifiques proposées pour relever les défis du vieillissement actif visent notamment à:
  • renforcer le dialogue social et la participation de toutes les parties prenantes à l’élaboration de stratégies intégrées et de politiques nationales en faveur du vieillissement actif;
  • développer l’emploi et les compétences par l’apprentissage tout au long de la vie;
  • promouvoir un travail et des carrières dynamiques;
  • promouvoir l’entrepreneuriat chez les seniors;
  • lutter contre toutes les formes de discrimination, en particulier lorsqu’elles sont fondées sur l’âge et le genre;
  • mettre en œuvre des initiatives en matière de transfert ou de partage de connaissances;
  • mettre en œuvre des formules de travail flexibles ainsi que de meilleures conditions de travail;
  • promouvoir la solidarité entre les générations et changer les mentalités à l’égard du vieillissement de la population.

Toutes les mesures devraient être soumises à un suivi constant, et l’incidence sur la participation des travailleurs âgés au marché du travail faire l’objet d’une évaluation appropriée. Le fait d’avoir une vision claire de l’incidence de ces mesures, encouragera davantage les États membres à diffuser et partager les bonnes pratiques en matière de vieillissement actif.