La politique de multilinguisme de l'UE

Points clés

Le supplément d'avis en question est la façon choisie par le CESE pour assurer le suivi de la politique en faveur de l'apprentissage de langues et du multilinguisme actif en Europe. Il fait les principales recommandations suivantes:

  • La Commission devrait respecter les droits fondamentaux des participants aux plateformes consultatives sur le multilinguisme qu’elle a instituées, composées de représentants d’organisations de la société civile et/ou des partenaires sociaux, en leur permettant de travailler oralement et par écrit dans une des trois ou quatre langues pivots, incluant au moins une langue d’un État membre des élargissements de 2004 et 2007.
  • La Commission devrait faciliter la compréhension du guide d’accès aux programmes et aux procédures en ce domaine, notamment ceux dans le cadre du "Programme pour l'éducation et la formation tout au long de la vie" dont l’objectif spécifique n° 7 vise à promouvoir l’apprentissage des langues et la diversité linguistique.
  • La Commission doit dresser un tableau clair de la situation s'agissant des efforts propres au multilinguisme, budgétés et réalisés, fournis respectivement par les niveaux européen et nationaux.
  • Les Membres du CESE devraient intégrer un groupe de contact, afin de mener une réflexion globale, nécessaire, transparente et de plus long terme sur une politique linguistique propre aux Comités, incluant des aspects qualitatifs et quantitatifs.
  • Le CESE devrait entamer une réflexion sur une promotion de la profession d’interprète afin de prévenir l’impact négatif sur l’ensemble de la profession d’interprète et de protéger l’usager ou le client contre des pratiques abusives. La Commission pourrait lancer une consultation européenne des partenaires sociaux dans ce sens.