La politique de l'UE en matière de biodiversité (avis d'initiative)

This page is also available in

Avis du CESE: La politique de l'UE en matière de biodiversité (avis d'initiative)

Points clès:
  • Le CESE met en avant les appréciations portées par la Commission sur l’importance de la protection de la biodiversité, qui est comparable à celle de la préservation du climat. Son enjeu ne se limite pas à sauvegarder des espèces animales et végétales mais consiste bel et bien aussi à préserver les bases mêmes de l’existence humaine.
  • Le CESE appelle de ses vœux l’application immédiate des directives «Oiseaux» et «Habitats», ainsi que de la directive-cadre sur l’eau qui, selon lui, contribuerait fortement à améliorer la protection de la biodiversité.
  • Il est grand temps que les États membres définissent les besoins financiers réels qu’exige la mise en œuvre de la législation européenne et que la Commission mette à disposition les ressources nécessaires. Étant donné que le financement de la protection de la biodiversité au titre du second pilier de la PAC apparaît avoir échoué, le CESE demande la création d’un poste budgétaire distinct qui devra servir à financer le réseau Natura 2000.
  • Le CESE se félicite expressément du renforcement de l’infrastructure verte.
  • Aucune modification substantielle n’a été effectuée, ces dernières années, pour remédier aux incohérences des politiques européennes qui ont été critiquées par les services de la Commission, le Conseil «Environnement», le Parlement européen, le CdR et le CESE.
  • Force est donc de considérer que les diverses stratégies et programmes d’action en matière de biodiversité, que l’UE a adoptés en 1998, 2001, 2006 et 2010 et qui ont tous fait une description très pertinente des problèmes et proposé les bons instruments, apparaissent, avec le recul, être en grande partie inutiles.
  • C’est la raison pour laquelle le CESE formule à nouveau le constat qu’il avait déjà émis dans nombre de ses précédents avis sur la politique de l’UE en matière de biodiversité: ce ne sont pas les bases juridiques qui font défaut mais bien la volonté politique. Il n’est pas nécessaire de modifier les fondements de droit existants.
Avis pertinents adoptés par le CESE
Autres documents pertinents

 Commission européenne

Parlement européen

Conceil

Comité des régions