You are here

La contribution du secteur du travail du bois au bilan carbone

La contribution du secteur du travail du bois au bilan carbone

Le Comité économique et social européen a élaboré les recommandations ci-après pour maximiser les avantages que les produits dérivés du bois offrent du point de vue du bilan carbone et renforcer la compétitivité de l'industrie européenne du travail du bois et sa capacité à favoriser l'innovation.

Le CESE invite les États membres à explorer toutes les pistes en rapport avec l'utilisation qui est faite du bois, en tant qu'il constitue un matériau respectueux de l'environnement, afin de stimuler la compétitivité de ce secteur, de développer l'emploi et de soutenir la recherche et l'innovation.

Le CESE demande à la Commission européenne d'élaborer des orientations européennes en matière d'approvisionnement en bois, de manière à augmenter celui-ci et à promouvoir une utilisation durable des sources de bois. Des principes d'utilisation efficaces des ressources devraient être intégrés dans ces orientations. Les recommandations figurant dans le document intitulé «Good practice guidance on the sustainable mobilisation of wood in Europe (2010)» (Guide des bonnes pratiques concernant la mobilisation durable du bois en Europe) devraient être prises en considération et, le cas échéant, renforcées.

Le CESE rappelle qu'il importe que «les palettes et le bois récupéré en aval de la consommation» soient exclus de la définition de la «biomasse tertiaire».

Comme il l'a reconnu dans son avis sur le thème «Opportunités et défis pour un secteur européen du travail du bois et du mobilier plus compétitif», adopté en octobre 2011 , et s'inscrivant dans la logique des principes qui ont été établis par la récente communication de l'UE «Vers une économie circulaire: un programme zéro déchets pour l'Europe», le CESE souligne que le principe de l'«utilisation en cascade» constitue, lorsqu'il est économiquement et techniquement faisable au regard des caractéristiques propres de chaque région et de chaque pays, la manière idéale de tirer le meilleur parti possible du bois, du point de vue de l'utilisation efficace de la ressource. Le CESE est heureux de constater que, suite à sa demande de reconnaître l'importance du principe d'utilisation en cascade du bois, ce principe a été transposé dans plusieurs documents de l'UE tels que la Renaissance industrielle européenne, la nouvelle stratégie de l'UE en matière de forêts et le document de travail de la Commission «Blueprint for the EU forest-based industries (woodworking, furniture, pulp & paper manufacturing and converting, printing)» [Programme à l'intention des industries de la filière bois (travail du bois, mobilier, fabrication et transformation de pâte à papier et de papier, imprimerie)], accompagnant la communication intitulée «Une nouvelle stratégie de l'UE pour les forêts et le secteur forestier». Cependant, le CESE ne peut soutenir la notion de règlementation juridiquement contraignante et est favorable à une approche fondée sur la liberté de marché ainsi que la liberté des participants au marché.

Les dispositifs destinés à gérer les matériaux de construction devraient comporter des mesures qui évitent que des matériaux recyclables, tels que le bois, ne soient mis en décharge. Le CESE demande à la Commission européenne et aux acteurs intéressés de définir des orientations et recommandations relatives à la collecte des déchets du bois et aux options pour assurer son traitement en phase de post-consommation.

Le CESE appelle la Commission européenne à instaurer une norme qui traduise adéquatement les caractéristiques acoustiques des espaces fermés, étant donné que le bois peut jouer un rôle capital comme isolant phonique. Il est en effet capable d'assurer l'isolation acoustique des pièces vis-à-vis du bruit extérieur et de réduire le temps de réverbération. Il y a lieu d'explorer les perspectives liées aux revêtements de bois.

Le CESE invite les États membres et les acteurs concernés à définir des plans d'action nationaux destinés à encourager l'emploi de bois dans les bâtiments et les infrastructures vertes. Les collectivités locales devraient être associées directement à leur mise en œuvre.

Conscient que ce matériau n'est pas aussi familier que d'autres aux constructeurs et aux architectes, le CESE incite les États membres à lancer des initiatives qui promeuvent une culture du bois. En outre, les représentants des industries européennes du travail du bois et les partenaires sociaux au niveau de l'Europe devraient mettre au point des campagnes nationales coordonnées pour donner une image plus attrayante de leur secteur.